Commentaire composé Désir et bonheur de “Emile, ou de l'éducation

Jean-Jacques Rousseau Emile, ou de l'éducation

3

Acheter en ligne

& recevez-la directement.

  • 3 pages de commentaire composé
  • format .doc (Word)
  • style abordable & grand public

Résumé du commentaire composé

Commentaire composé semi-rédigé consacré à l'œuvre « Emile ou De l'éducation » de Rousseau : Désir et bonheur. Ce corrigé de commentaire composé sur Désir et Bonheur de Rousseau a été réalisé par un professeur de philosophie. Le corrigé présente les idées essentielles de l'extrait et les commente.

Extrait du commentaire composé du livre
“Emile, ou de l'éducation”

Le texte du commentaire sur Désir et bonheur (Rousseau, Emile ou De l'éducation) :

«En quoi donc consiste la sagesse humaine ou la route du vrai bonheur ? Ce n'est pas précisément à diminuer nos désirs ; car, s'ils étaient au-dessous de notre puissance, une partie de nos facultés resterait oisive, et nous ne jouirions pas de tout notre être. Ce n'est pas non plus à étendre nos facultés, car si nos désirs s'étendaient à la fois en plus grand rapport, nous n'en deviendrions que plus misérables : mais c'est à diminuer l'excès des désirs sur les facultés, et à mettre en égalité parfaite la puissance et la volonté. C'est alors seulement que, toutes les forces étant en action, l'âme cependant restera paisible, et que l'homme se trouvera bien ordonné.
C'est ainsi que la nature, qui fait tout pour le mieux, l'a d'abord institué. Elle ne lui donne immédiatement que les désirs nécessaires à sa conservation et les facultés suffisantes pour les satisfaire. Elle a mis toutes les autres comme en réserve au fond de son âme, pour s'y développer au besoin. Ce n'est que dans cet état primitif que l'équilibre du pouvoir et du désir se rencontre, et que l'homme n'est pas malheureux. Sitôt que ses facultés virtuelles se mettent en action, l'imagination, la plus active de toutes, s'éveille et les devance. C'est l'imagination qui étend pour nous la mesure des possibles, soit en bien, soit en mal, et qui, par conséquent, excite et nourrit les désirs par l'espoir de les satisfaire. Mais l'objet qui paraissait d'abord sous la main fuit plus vite qu'on ne peut le poursuivre ; quand on croit l'atteindre. il se transforme et se montre au loin devant nous. Ne voyant plus le pays déjà parcouru, nous le comptons pour rien ; celui qui reste à parcourir s'agrandit, s'étend sans cesse. Ainsi l'on s'épuise sans arriver au terme ; et plus nous gagnons sur la jouissance, plus le bonheur s'éloigne de nous.
Au contraire, plus l'homme est resté près de sa condition naturelle, plus la différence de ses facultés à ses désirs est petite, et moins par conséquent il est éloigné d'être heureux. Il n'est jamais moins misérable que quand il paraît dépourvu de tout ; car la misère ne consiste pas dans la privation des choses, mais dans le besoin qui s'en fait sentir.
Le monde réel a ses bornes, le monde imaginaire est infini ; ne pouvant élargir l'un, rétrécissons l'autre ; car c'est de leur seule différence que naissent toutes les peines qui nous rendent vraiment malheureux.» (Rousseau, Emile ou De l'éducation, Désir et bonheur)

Extrait de l'introduction de notre commentaire composé sur Désir et Bonheur de Rousseau :

Ce texte porte sur le rapport qui unit l'imagination à nos désirs. Pour Rousseau, c'est notre imaginaire qui développe imprudemment et excessivement notre faculté de désirer. Dans la mesure où, selon lui, l'opportunité de satisfaire nos désirs est très hypothétique, la déception et le malheur semblent inévitables. Dès lors, une question se pose: sommes nous condamnés à être malheureux où pouvons nous, comme semble l'indiquer Rousseau, échapper à ce triste destin? C'est donc la question du bonheur qui constiitue l'enjeu philosophique de cet extrait.

 

Télécharger le commentaire maintenant!

Pour 3 seulement (Satisfait ou remboursé)

1
2
3