Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Acte V, scène 6 de “Britannicus

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Jean Racine Britannicus
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'acte V, scène 6 de Britannicus (Racine). Cette analyse sur l'acte V, scène 6 de Britannicus a été rédigée par un professeur de français.

    • 2 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Britannicus”

    Britannicus est une tragédie en cinq actes (composés de 4, 8, 9, 4 et 8 scènes), et en vers (1 768 alexandrins) de Jean Racine, représentée pour la première fois en 1669 à l'Hôtel de Bourgogne. Il s'agit de la deuxième tragédie écrite par Racine et, pour la première fois, il utilise l'histoire romaine antique pour construire son intrigue.

    L'extrait étudié est la tirade d'Agrippine, qui vient d'apprendre le meurtre de Britannicus par Néron.

    Texte étudié: Britannicus de Racine, Acte V, scène 6

    Poursuis, Néron, avec de tels ministres
    Par des faits glorieux tu te vas signaler.
    Poursuis. Tu n'as pas fait ce pas pour reculer.
    1675 Ta main a commencé par le sang de ton frère ;
    Je prévois que tes coups viendront jusqu'à ta mère.
    Dans le fond de ton coeur je sais que tu me hais ;
    Tu voudras t'affranchir du joug de mes bienfaits.
    Mais je veux que ma mort te soit même inutile.
    1680 Ne crois pas qu'en mourant je te laisse tranquille.
    Rome, ce ciel, ce jour que tu reçus de moi,
    Partout, à tout moment, m'offriront devant toi.
    Tes remords te suivront comme autant de furies ;
    Tu croiras les calmer par d'autres barbaries ;
    1685 Ta fureur, s'irritant soi-même dans son cours,
    D'un sang toujours nouveau marquera tous tes jours.
    Mais j'espère qu'enfin le Ciel, las de tes crimes,
    Ajoutera ta perte à tant d'autres victimes ;
    Qu'après t'être couvert de leur sang et du mien,
    1690 Tu te verras forcé de répandre le tien ;
    Et ton nom paraîtra, dans la race future,
    Aux plus cruels tyrans une cruelle injure.
    Voilà ce que mon coeur se présage de toi.
    Adieu : tu peux sortir.