Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Acte I, scène 5 de “Le Tartuffe

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Molière Le Tartuffe
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'acte I, scène 5, du Tartuffe de Molière. Cette analyse sur l'acte I, scène 5 du Tartuffe (vers 318 - 345) a été rédigée par un professeur de français.

    • 2 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Le Tartuffe”

    La tirade de Cléante précède celle d'Orgon, où ce dernier nous raconte sa rencontre avec Tartuffe, la rencontre de la dupe et de son parasite. L'aveuglement d'Orgon face à cette hypocrisie dont il est sujet en devient comique. Dans ce passage, nous verrons l'opposition récurrente entre vrais et faux dévots, puis nous nous intéresserons au personnage de Cléante représentatif de la pensée classique.

    Texte étudié: Molière : Tartuffe : Acte 1 scène 5 - Vers 318 à 345

    CLÉANTE
    Voilà de vos pareils le discours ordinaire.
    Ils veulent que chacun soit aveugle comme eux.
    C'est être libertin, que d'avoir de bons yeux;
    Et qui n'adore pas de vaines simagrées,
    N'a ni respect, ni foi, pour les choses sacrées.
    Allez, tous vos discours ne me font point de peur;
    Je sais comme je parle, et le Ciel voit mon coeur.
    De tous vos façonniers on n'est point les esclaves,
    Il est de faux dévots, ainsi que de faux braves:
    Et comme on ne voit pas qu'où l'honneur les conduit,
    Les vrais braves soient ceux qui font beaucoup de bruit;
    Les bons et vrais dévots qu'on doit suivre à la trace,
    Ne sont pas ceux aussi qui font tant de grimace.
    Hé quoi! Vous ne ferez nulle distinction
    Entre l'hypocrisie, et la dévotion ?
    Vous les voulez traiter d'un semblable langage,
    Et rendre même honneur au masque qu'au visage ?
    Egaler l'artifice, à la sincérité;
    Confondre l'apparence, avec la vérité;
    Estimer le fantôme, autant que la personne;
    Et la fausse monnaie, à l'égal de la bonne ?
    Les hommes, la plupart, sont étrangement faits !
    Dans la juste nature on ne les voit jamais.
    La raison a pour eux des bornes trop petites.
    En chaque caractère ils passent ses limites,
    Et la plus noble chose, ils la gâtent souvent,
    Pour la vouloir outrer, et pousser trop avant.
    Que cela vous soit dit en passant, mon beau-frère.
    (Molière : Tartuffe : Acte 1 scène 5 - Vers 318 à 345)