Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros. Consultez un exemple de fiche de lecture.

Commentaire composé Acte II, scène 2 de “L'illusion comique

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Pierre Corneille L'illusion comique
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'acte II, scène 2 de L'illusion comique de Corneille. Cette analyse de l'acte II scène 2 de L'illusion comique de Corneille a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “L'illusion comique”

    On retrouve ce cabotin (mauvais acteur très prétentieux) de Matamore dans Tartarin de Tarascon. De même dans la Comédia dell arte et dans la littérature espagnole. En français, on a le Capitaine Fracasse de Théophile Gautier. Dans cette tirade, Matamore projetait d'attaquer une armée entière, et Clindor à son service a osé mettre l'hypothèse de réunir au moins quelques soldats pour combattre, ce qui va provoquer chez Matamore une véritable fureur. Celui-ci ayant été blessé dans son égo. Nous verrons tout d'abord le côté fanfaron, ensuite nous étudierons le baroque présent dans cette pièce et pour finir nous élaborerons la critique implicite du guerrier espagnol.

    Passage étudié : Acte II, scène 2 de L'illusion comique :

    DORANTE.
    Grand démon du savoir, de qui les doctes veilles
    Produisent chaque jour de nouvelles merveilles,
    A qui rien n'est secret dans nos intentions,
    Et qui vois, sans nous voir, toutes nos actions :
    Si de ton art divin le pouvoir admirable
    Jamais en ma faveur se rendit secourable,
    De ce père affligé soulage les douleurs ;
    Une vieille amitié prend part en ses malheurs.
    Rennes ainsi qu'à moi lui donna la naissance,
    Et presque entre ses bras j'ai passé mon enfance ;
    Là son fils, pareil d'âge et de condition,
    S'unissant avec moi d'étroite affection...

    ALCANDRE.
    Dorante, c'est assez, je sais ce qui l'amène :
    Ce fils est aujourd'hui le sujet de sa peine.
    Vieillard, n'est-il pas vrai que son éloignement
    Par un juste remords te gêne incessamment ?
    Qu'une obstination à te montrer sévère
    L'a banni de ta vue, et cause ta misère ?
    Qu'en vain, au repentir de ta sévérité,
    Tu cherches en tous lieux ce fils si maltraité ?

    PRIDAMANT.
    Oracle de nos jours, qui connais toutes choses,
    En vain de ma douleur je cacherais les causes ;
    Tu sais trop quelle fut mon injuste rigueur,
    Et vois trop clairement les secrets de mon coeur.
    Il est vrai, j'ai failli ; mais pour mes injustices
    Tant de travaux en vain sont d'assez grands supplices :
    Donne enfin quelque borne à mes regrets cuisants,
    Rends-moi l'unique appui de mes débiles ans.
    Je le tiendrai rendu si j'en ai des nouvelles ;
    L'amour pour le trouver me fournira des ailes.
    Où fait-il sa retraite ? en quels lieux dois-je aller ?
    Fût-il au bout du monde, on m'y verra voler.

    ALCANDRE.
    Commencez d'espérer : vous saurez par mes charmes
    Ce que le ciel vengeur refusait à vos larmes.
    Vous reverrez ce fils plein de vie et d'honneur :
    De son bannissement il tire son bonheur.
    C'est peu de vous le dire : en faveur de Dorante
    Je vous veux faire voir sa fortune éclatante.
    Les novices de l'art, avec tous leurs encens,
    Et leurs mots inconnus, qu'ils feignent tout-puissants,
    Leurs herbes, leurs parfums et leurs cérémonies,
    Apportent au métier des longueurs infinies,
    Qui ne sont, après tout, qu'un mystère pipeur
    Pour se faire valoir et pour vous faire peur :
    Ma baguette à la main, j'en ferai davantage.
    Jugez de votre fils par un tel équipage :
    Eh bien ! Celui d'un prince a-t-il plus de splendeur ?
    Et pouvez-vous encor douter de sa grandeur ?

    PRIDAMANT.
    D'un amour paternel vous flattez les tendresses ;
    Mon fils n'est point de rang à porter ces richesses,
    Et sa condition ne saurait consentir
    Que d'une telle pompe il s'ose revêtir.

    ALCANDRE.
    Sous un meilleur destin sa fortune rangée,
    Et sa condition avec le temps changée,
    Personne maintenant n'a de quoi murmurer
    Qu'en public de la sorte il aime à se parer.

    PRIDAMANT.
    A cet espoir si doux j'abandonne mon âme ;
    Mais parmi ces habits je vois ceux d'une femme :
    Serait-il marié ?

    ALCANDRE.
    Je vais de ses amours
    Et de tous ses hasards vous faire le discours.
    Toutefois, si votre âme était assez hardie,
    Sous une illusion vous pourriez voir sa vie,
    Et tous ses accidents devant vous exprimés
    Par des spectres pareils à des corps animés :
    Il ne leur manquera ni geste ni parole.

    PRIDAMANT.
    Ne me soupçonnez point d'une crainte frivole :
    Le portrait de celui que je cherche en tous lieux
    Pourrait-il par sa vue épouvanter mes yeux ?

    ALCANDRE.
    Mon cavalier, de grâce, il faut faire retraite,
    Et souffrir qu'entre nous l'histoire en soit secrète.

    PRIDAMANT.
    Pour un si bon ami je n'ai point de secrets.

    DORANTE.
    Il nous faut sans réplique accepter ses arrêts ;
    Je vous attends chez moi.

    ALCANDRE.
    Ce soir, si bon lui semble.
    Il vous apprendra tout quand vous serez ensemble.

Télécharger le commentaire maintenant!