Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Jean-Paul Sartre

Voir les ouvrages

CHRONOLOGIE



1905
Naissance le 21 juin à Paris de Jean-Paul-Charles-Eymard Sartre, 13, rue Mignard, dans le 16e, dans un milieu bourgeois.

1906
Le 17 septembre, mort de Jean-Baptiste Sartre, son père. Jusqu’en 1915, Jean-Paul est élevé à Meudon puis à Paris par sa mère ainsi que par ses grands-parents maternels, Charles et Louise Schweitzer.

1908
Naissance de Simone de Beauvoir, sa future compagne.

1912
A l’âge de sept ans à peine, il lit déjà : Flaubert, Voltaire, Corneille, Hugo, Rabelais, etc.

1912 – 1913
Il correspond en vers avec son grand-père et écrit également ses premiers « romans ».

1915
Jean-Paul Sartre entre en sixième au lycée Henry IV où il aura pour camarade Paul-Yves Nizan. Ce dernier restera son ami toute sa vie. Rapidement, il fait aussi la connaissance de Raymond Aron et Maurice Merleau-Ponty.

1917
Remariage de sa mère avec Joseph Mancy, polytechnicien et directeur aux usines Delaunay-Belleville, célèbre pour ses locomotives, ses chaudières pour bateaux, ses voitures...


1917 – 1919
Sartre part ensuite pour La Rochelle rejoindre sa mère juste remariée avec Mr Mancy. Il dira de cette période qu’elle fut la plus pénible de sa vie. Il est en effet un brillant élève, mais il est mal intégré par ses compagnons de classe. Il apprend à se battre.

1920
Il retourne au lycée Henri-IV. Il y retrouve son ami Paul-Yves Nizan. Il lit Dostoïevski et Tolstoï, Giraudoux, Gide, Valéry Larbaud, Paul Morand, Proust, etc.

1923 – 1924
Au lycée Louis-Le-Grand, il est souvent absent. Sartre se prend d’intérêt pour la philosophie.

1924
Il rentre à l'Ecole Normale Supérieure. Parmi ses condisciples: Raymond Aron, Paul-Yves Nizan, Jean Hyppolite, Merleau-Ponty, Pierre Guille, René Maheu.

1926
Il rencontre Simone de Beauvoir. Celle-ci sera sa compagne.

1929
Il est reçu premier à l'agrégation de philosophie. Simone de Beauvoir est deuxième. Il accomplit son service militaire cette année-là.

1931
Il est professeur de philosophie au Havre. Il lit Kafka, des auteurs américains, des romans policiers.

1933
Départ pour Berlin. Il y étudie Heidegger et Husserl.

1934 – 1936
Expérience d’un ménage à trois avec Olga Korakiewicz.

1935
Retour en France.

1936
Paul Nizan lors d'un voyage en mer

Les essais philosophiques « La transcendance de l’Ego » et « L’imaginaire » sont publiés cette année-là, amenant en France l’existentialisme et la phénoménologie d’origine allemande.

Voyages en Italie.

Il écrit « Erostrate » .

1938
Publication de « La Nausée » .

1939
« Le Mur » est publié et donne à Jean-Paul Sartre l’image d’un provocateur. L’essai philosophique « Esquisse d'une théorie des émotions » est publié.

1940
Il est mobilisé comme simple soldat. Il est fait prisonnier en Lorraine. Son ami, Paul-Yves Nizan est tué au front.

1941
En se faisant passer pour un civil, il s'évade du camp de Trèves en mars 1941. Il se joint au mouvement de la Résistance. Il reprend l’enseignement.

1943
Publication de « Les Mouches » et de « l'Etre et le Néant » . « Les Mouches » est joué pour la première fois.

1944
Sous l’Occupation, publication de « Huis Clos » qui est joué la même année pour la première fois, devant un public parisien.

1945
Il se consacre à l'écriture et fonde, avec Simone de Beauvoir, sa compagne, et Maurice Merleau-Ponty, la revue « Les Temps Modernes » , politiquement très engagée. Avec Albert Camus, il est alors porte drapeau d’un nouveau type d’écrivains provocateurs.

Publication de « L’Age de raison » et « Le Sursis » , mais également des deux premiers tomes d’un cycle romanesque « Chemins de la liberté » .

Il quitte l’enseignement.

1946
« Réflexions sur la question juive »

« L'existentialisme est un humanisme »

« Morts sans sépulture »

« La putain respectueuse »

Parmi ces ouvrages, ce sont surtout les deux derniers qui apportent succès et scandale.

Ses relations avec les communistes sont tendues.

1947
Publication de l’essai « Baudelaire » , du premier volume de la série « Les Situations » . Il écrit le scénario de « Les jeux sont faits » .

1947 – 1976
« Situation I à X »

1948
Parution de « L’Engrenage » .

Publication des « Mains sales » qui est joué cette même année.

L'œuvre de Sartre est pointée du doigt par le Vatican.

Il participe au journal « La Gauche » .

1949
Publication du troisième tome de son cycle romanesque commencé en 1945 : « La mort dans l'âme » .

1950
Sartre se rapproche du Parti communiste dont il est un compagnon de route critique.

1951
Publication par Albert Camus de « L'Homme Révolté » rapidement critiqué par les existentialistes et par la revue « Les temps Modernes » dirigée par Sartre. Publication de « Le diable et le Bon Dieu » et gros succès.

1952
Rupture définitive entre Camus et Sartre qui se rallie davantage aux communistes. Il voyage d’ailleurs en Chine, en URSS, au Brésil, pour soutenir les communistes. Publication de « Saint-Genet, comédien et martyr » .

1954
Parution de « L’Affaire Henri Martin » .

Rupture avec Merleau-Ponty.

Adaptation théâtrale de « Kean » .

1956
Publication de « Nekrassov » .

1957
Jean-Paul Sartre travaille à « La Critique de la raison dialectique » . Publication de « Question de méthode ». Plusieurs fois, il s’élève contre la torture et l’horreur en Algérie. Il participe aussi activement à la lutte contre le colonialisme.

1958
Publication de la « Critique de la raison dialectique » et « Les Séquestrés d'Altona » .

1959
Gros succès avec « Les Séquestrés d’Altona » .

1963
Publication de « Les Mots » .

1964
Il refuse le prix Nobel de littérature

1968
Sartre prend position en faveur des étudiants de mai 68 avec qui il sympathise.

Il rompt totalement avec le parti communiste, lors de l'invasion de la Tchécoslovaquie.

1971 – 1972
Il se rapproche de la psychanalyse avec « l'Idiot de la famille », un ouvrage sur Flaubert. Il fonde l'agence de presse « Libération » .

1973
Il est directeur du journal « Libération » . Il est atteint de cécité et de problèmes de santé.

1980
Il meurt le 15 avril à l'Hôpital Broussais.

Ses funérailles ont lieu le 20 avril et rassemblent un immense cortège de 50 000 personnes. Il est enterré au cimetière du Montparnasse.

1983
Parution de « Cinq des Carnets de la drôle de guerre » , « Carnets de la drôle de guerre » , « Cahiers pour une morale » , « Lettre au Castor et à plusieurs autres »

1989
Parution de « Vérité et Existence »