Pablo Neruda

Voir les ouvrages

Neftalí Ricardo Reyes Basoalto, que l'on connaît mieux sous le nom de Pablo Neruda, est un poète chilien né le 12 juillet 1904 à Parral, au Chili.

Sa mère est institutrice et meurt rapidement après qu'il soit né. Son père se remarie alors que Pablo atteint l'âge de deux ans. Dès son plus jeune âge, Neruda est élevé d'une manière proche de la nature.

De 1910 à 1920, Neruda suit des cours au lycée pour garçons de Temuco.

A 13 ans, il écrit ses premiers textes, des poèmes et de la prose.

Dès 1921, le jeune homme étudie la langue et la littérature françaises à Santiago. A cette même époque, il choisit le pseudonyme de « Pablo Neruda » pour rendre hommage au poète Jan Neruda (1834-1891). Il souhaite d'ailleurs devenir professeur de français.

Il se fait très rapidement une renommée avec ses publications et des récitals de poésie. Précoce, il publie d'ailleurs son premier ouvrage à l'âge de 19 ans. Il s'agit de Crepusculario. Un an plus tard, c'est au tour de Veinte poemas de amor y una canción desesperada.

En 1917 Pablo Neruda rejoint la diplomatie. Il exerce la fonction de consul à Yangon (Myanmar), Colombo, Batavia, Calcutta, Buenos Aires. Il est de retour au Chili en 1932, et publie Residencia en la tierra l'année suivante.
En 1935, il est muté au consulat d'Espagne. Là, Neruda fréquente Federico Garcia Lorca, qu'il connaissait depuis son passage en Argentine. Cet auteur aura d'ailleurs une grande influence sur son œuvre. On peut aussi citer Rafael Alberti et Jorge Guillén. Puis Franco dirige le putsch et Garcia Lorca est assassiné : Pablo Neruda défend alors avec conviction la cause des républicains espagnols. Cela le conduit à être révoqué de son poste de consul, et il s'attelle à l'écriture de España en el corazón. L'ouvrage est publié en 1937. Beaucoup d'observateurs soulignent un changement de cap dans son approche qui, « de sombre et solitaire, devient solidaire et agissant » (Jean-Paul Vidal)

En 1937 toujours, Neruda crée le Comité hispano-américain pour le soutien à l'Espagne et l'Alliance des intellectuels chiliens pour la défense de la culture.
Dans les années qui suivent, on l'accuse également d'avoir donné un visa chilien à l'organisateur d'une tentative d'assassinat de Trostky, David Siquieros. Neruda continue de beaucoup voyager, se rendant au Pérou, à Cuba, au Mexique...

En 1945, il est élu au Sénat et rejoint le parti communiste chilien.
L'année suivante, il gère la campagne de Gonzalez Videla. Mais après que ce dernier ait été élu, il deviendra un dictateur anticommuniste. Le poète intervient alors dans l'enceinte du Sénat, avec un discours inspiré de Zola puisqu'il porte le titre « J'accuse ». Il a à peine le temps d'échapper à son arrestation, et s'exile à l'étranger. Arrivé en Europe, il se rend en Pologne, en Italie, en Hongrie et en URSS. De même, Neruda visite l'Inde et le Mexique, où est publié Canto general en 1950. L'œuvre est interdite dans son pays natal.

Durant l'année 1949, Pablo devient membre du Conseil Mondial de la Paix, basé en France.

Quatre ans plus tard, on lui remet le prix Staline pour la paix, suivi en 1955 du prix international de la paix, qu'il obtient en même temps que Picasso. A cette même période, Neruda tombe amoureux de Matilde Urrutia, qui influence son écriture des poèmes du recueil Cien sonetos de amor.

Neruda est de retour en 1952. En 1957, il préside l'Union des écrivains chiliens. Par la suite il soutient l'élection de Salvador Allende, et est à l'époque dans la ligne de mire du Congrès pour la liberté de la culture. En 1965, il est fait Doctor honoris causa de l'Université d'Oxford.

En 1967 est créée son unique pièce de théâtre, Fulgor y muerte de Joaquín Murrieta. Puis il publie La Barkarol, Las manos del dia, Arte de pájaros.

En 1969, Neruda cède sa place à la candidature pour les présidentielles à Allende, comme candidat de l'Unidad Popular. Une fois ce dernier élu, Neruda devient ambassadeur en France, où il publie La espada encendidaet Las piedras del cielo. C'est l'apogée de sa réflexion sur le silence et la solitude.

En octobre 1971, Neruda obtient le Prix Nobel de littérature.
En 1972, il revient au Chili où il est accueilli comme une star à Santiago. Il écrit alors Incitación al Nixoncidio y elogio de la revolución.
Après le Coup d'Etat du 11 septembre 1973 au Chili (qui renverse Allende), la maison de Neruda est saccagée et ses livres brûlés. Il décède le 23 septembre de la même année d'un cancer du pancréas. Ses funérailles se transforment en manifestation contre le régime militaire.

(c) Fichesdelecture.com - Tous droits réservés