Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Introduction de “Eloge de la sincérité

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Charles-Louis de Montesquieu Eloge de la sincérité
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'introduction d'Eloge de la sincérité de Montesquieu. Notre analyse sur l'introduction d'Eloge de la sincérité de Montesquieu a été rédigée par un professeur de français.

    • 4 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Eloge de la sincérité”

    L'Eloge de la sincérité est un court essai de Montesquieu appartenant aux écrits de jeunesse et comportant les bases de toutes ses réflexions philosophiques futures.

    Son introduction est très riche en références philosophiques implicites et explicites. Il s'agit pour le philosophe d'évaluer l'aptitude qu'à l'homme de se connaître lui-même. Il dénonce la faiblesse de la nature humaine incapable de sincérité et dominée par l'amour propre. Celle-ci ne pourrait donc pas s'élever à une connaissance authentique d'elle-même.

    Texte étudié : Introduction de L'Eloge de la sincérité de Montesquieu

    Les Stoïciens faisaient consister presque toute la philosophie à se connaître soi-même. « La vie, disaient-ils, n'était pas trop longue pour une telle étude. » Ce précepte avait passé des écoles sur le frontispice des temples ; mais il n'était pas bien difficile de voir que ceux qui conseillaient à leurs disciples de travailler à se connaître ne se connaissaient pas.
    Les moyens qu'ils donnaient pour y parvenir rendaient le précepte inutile : ils voulaient qu'on s'examinât sans cesse, comme si on pouvait se connaître en s'examinant.
    Les hommes se regardent de trop près pour se voir tels qu'ils sont. Comme ils n'aperçoivent leurs vertus et leurs vices qu'au travers de l'amour-propre ; qui embellit tout, ils sont toujours d'eux-mêmes des témoins infidèles et des juges corrompus.
    Ainsi, ceux-là étaient bien plus sages qui, connaissant combien les hommes sont naturellement éloignés de la vérité, faisaient consister toute la sagesse à la leur dire. Belle philosophie, qui ne se bornait point à des connaissances spéculatives, mais à l'exercice de la sincérité ! Plus belle encore, si quelques esprits faux, qui la poussèrent trop loin, n'avaient pas outré la raison même, et, par un raffinement de liberté, n'avaient choqué toutes les bienséances.
    Dans le dessein que j'ai entrepris, je ne puis m'empêcher de faire une espèce de retour sur moi même. Je sens une satisfaction secrète d'être obligé de faire l'éloge d'une vertu que je chéris, de trouver, dans mon propre coeur, de quoi suppléer à l'insuffisance de mon esprit, d'être le peintre, après avoir travaillé toute ma vie à être le portrait, et de parler enfin d'une vertu qui fait l'honnête homme dans la vie privée et le héros dans le commerce des grands.