Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Le beau et l'agréable de “Critique de la faculté de juger

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Emmanuel Kant Critique de la faculté de juger
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur « Le beau et l'agréable » de Kant ; issu de l'œuvre « Critique de la faculté de juger ». Ce commentaire de texte sur « Le beau et l'agréable » a été rédigé par un élève de terminale scientifique (corrigé complet, note obtenue : 16/20).

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Critique de la faculté de juger”

    Texte étudié : Kant, Critique de la faculté de juger : le beau et l'agréable :

    « En ce qui concerne l'agréable, chacun consent à ce que son jugement, qu'il fonde sur un sentiment personnel et privé, et en vertu duquel il dit d'un objet qu'il lui plaît, soit du même coup restreint à sa seule personne. C'est pourquoi, s'il dit : \"Le vin des Canaries est agréable\", il admettra volontiers qu'un autre le reprenne et lui rappelle qu'il doit plutôt dire : \"cela est agréable pour moi\" ; et ce, non seulement pour ce qui est du goût de la langue, du palais et du gosier, mais aussi pour ce qui peut être agréable aux yeux ou à l'oreille de chacun. La couleur violette sera douce et aimable pour l'un, morte et sans vie pour l'autre. L'un aimera le son des instruments à vent, l'autre leur préférera celui des instruments à corde. Ce serait folie d'en disputer pour récuser comme inexact le jugement d'autrui qui diffère du nôtre, tout comme s'il s'opposait à lui de façon logique ; en ce qui concerne l'agréable, c'est donc le principe suivant qui est valable : A chacun son goût (pour ce qui est du goût des sens).
    Il en va tout autrement du beau. Il serait (bien au contraire) ridicule que quelqu'un qui se pique d'avoir du goût songeât à s'en justifier en disant : cet objet (l'édifice que nous avons devant les yeux, le vêtement que porte tel ou tel, le concert que nous entendons, le poème qui se trouve soumis à notre appréciation) est beau pour moi. Car il n'y a pas lieu de l'appeler beau, si ce dernier ne fait que de lui plaire à lui. Il y a beaucoup de choses qui peuvent avoir de l'attrait et de l'agrément, mais, de cela, personne ne se soucie ; en revanche, s'il affirme que quelque chose est beau, c'est qu'il attend des autres qu'ils éprouvent la même satisfaction ; il ne juge pas pour lui seulement mais pour tout le monde, et il parle alors de la beauté comme si c'était une propriété des choses. C'est pourquoi il dit : cette chose est belle ; et ce, en comptant sur l'adhésion des autres à son jugement exprimant la satisfaction qui est la sienne, non pas parce qu'il aurait maintes fois constaté que leur jugement concordait avec le sien ; mais bien plutôt, il exige d'eux cette adhésion. Il les blâme s'ils jugent autrement, il leur dénie le goût tout en demandant qu'ils en aient; et ainsi on ne peut pas dire : à chacun son goût. Cela reviendrait à dire qu'il n'y a point de goût, c'est-à-dire qu'il n'y a point de jugement esthétique qui puisse légitimement réclamer l'assentiment universel.» (Kant, Critique de la faculté de juger, Le beau et l'agréable)

    Extrait de l'introduction du commentaire composé sur « Le beau et l'agréable » (Kant, Critique de la faculté de juger) :

    Le texte de Kant, la critique de la faculté de juger a pour but de mettre en avant ce que Kant nomme la science de l'esthétique. Dans son texte, Kant fait une distinction entre la notion de l'agréable et la notion du beau.

    Kant oppose donc ces deux notions pour déterminer si une de ces notions peut prétendre avoir une portée universelle.