Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Résumé de “Splendeurs et misères des courtisanes

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Honoré de Balzac Splendeurs et misères des courtisanes
  • Résumé

    Résumé de Splendeurs et misères des courtisanes de Balzac. Notre fiche de résumé sur Splendeurs et misères des courtisanes de Balzac a été rédigée par un professeur de français.

    • 2 pages de résumé de l'intrigue
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le résumé maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du résumé du livre
    “Splendeurs et misères des courtisanes”

    Splendeurs et misères des courtisanes fait suite aux Illusions perdues de Balzac. Publié de 1838 à 1847, il est composé de quatre volets. Suite à un long travail de rédaction et à de multiples remaniements, les deux premières parties, issues d'un récit d'abord intitulé La torpille et prolongé par Esther ou les amours d'un vieux banquier sont publiées en 1844. À cette même date, puis en 1846, une première version de Splendeurs et Misères des courtisanes comprenant deux parties - Esther heureuse et A combien l'amour revient aux vieillards- est intégré à l'ensemble de la Comédie humaine. Sous Furne, éditeur parisien, le titre Esther heureuse prendra définitivement la forme de Comment aiment les filles. La troisième partie, intitulée Une instruction criminelle, est d'abord publiée sous forme de feuilleton dans le quotidien l'Époque en 1846. Prenant place dans le tome XII de la Comédie humaine, son titre devient Où mènent les chemins. Est également publiée en feuilleton la quatrième partie, la Dernière incarnation de Vautrin, avant de connaitre une édition posthume, dans le tome XVIII de la Comédie humaine.

    Résumé de Splendeurs et misères des courtisanes

    Comment aiment les filles
    Février 1824, Paris. Esther Gobeseck, ancienne courtisane, se rend à un bal masqué à l'Opéra en compagnie de Lucien Chardon, revenu dans la société parisienne. Mais malgré son masque et son déguisement, Esther est reconnue. Victime de ricanements et moqueries, désespérée, elle tente de mettre fin à ses jours. Survient alors l'abbé Carlos Herrera qui la sauve. Sous l'énorme influence qu'exerce l'abbé, elle devient sa victime et est mise sous sa tutelle. Forcée à entrer dans les ordres religieux, elle sera par la suite, toujours sous la coupelle de cet homme, enfermée dans un appartement médiocre, où sont mises à son service plusieurs femmes, qui prennent en charge l'ordre de la demeure.