Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Les enjeux du départ de “Le sanglot de la terre

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Jules Laforgue Le sanglot de la terre
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur Les enjeux du départ, un passage du livre \"Le Sanglot de la terre\" de Jules Laforgue. Cette analyse sur Les enjeux du départ dans Le sanglot de la Terre a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Le sanglot de la terre”

    Dans ce sonnet sur les enjeux du départ, extrait du Sanglot de la terre, publié alors qu'il n'a que vingt ans, Laforgue raconte comment, fumant une cigarette, il part dans un voyage onirique qui l'éloigne du réel sordide et le conduit vers un univers imaginaire plus plaisant. Quels sont les enjeux de ce voyage ? Pour répondre à la question, nous nous demanderons d'abord pour quelles raisons le poète quitte la réalité. Nous décrirons ensuite l'univers fantaisiste qu'il atteint. Enfin, nous examinerons si l'expérience ainsi décrite apporte le bonheur ou non.

    Partie analysée : Jacques Laforgue : Le sanglot de la terre : Les enjeux du départ

    (1) Brûle-parfum Oui, ce monde est bien plat ; quant à l'autre, sornettes.
    Moi, je vais résigné, sans espoir, à mon sort,
    Et pour tuer le temps, en attendant la mort,
    Je fume au nez des dieux de fines cigarettes.
    Allez, vivants, luttez, pauvres futurs squelettes,
    Moi, le méandre bleu qui vers le ciel se tord,
    Me plonge en une extase infinie et m'endort
    Comme aux parfums mourants de mille cassolettes(1).

    Et j'entre au paradis, fleuri de rêves clairs
    Où l'on voit se mêler en valses fantastiques
    Des éléphants en rut à des chœurs de moustiques.

    Et puis, quand je m'éveille en songeant à mes vers,
    Je contemple, le cœur plein d'une douce joie,
    Mon cher pouce rôti comme une cuisse d'oie.