Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Couronne dehors de “La rose de personne

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Paul Celan La rose de personne
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur La rose de personne de Paul Celan : Couronne dehors. Notre analyse sur Couronne dehors de Paul Celan (extrait de La rose de personne) a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “La rose de personne”

    Paul Celan est un poète du XXème siècle faisant partie de l'école littéraire des surréalistes. Le poème \"Couronne dehors\" est extrait du recueil \"La Rose de personne\" édité en 1979 à titre posthume. Il est écrit en forme libre et évoque à travers des images la mort et l'exil du poète.

    Nous étudierons ce texte selon deux axes de lecture : le poète et la souffrance.

    Texte étudié : Couronne dehors de Paul Celan :

    COURONNE DEHORS,
    craché dehors dans la nuit.

    Sous quelles
    étoiles ! Seul
    l'argent du coeur-marteau battu à gris. Et
    la Chevelure de Bérénice, ici aussi, - j'ai tressé
    Je tresse, je détresse,
    Je tresse.

    Gouffre de bleu, en toi
    je repousse l'or. Avec lui aussi, celui
    dissipé chez les catins et les filles,
    je viens et je viens. Vers toi,
    aimée.

    Aussi avec blasphème et prière. Aussi avec
    chacune, au-dessus de moi,
    des massues vrombissantes : elles aussi
    fondues en un, elles aussi
    phallique nouée vers toi,
    Gerbe-et-Parole.

    Avec des noms, imbibés
    de tout exil.
    Avec noms et semences,
    avec des noms, plongés
    dans tous

    rose du ghetto, depuis laquelle
    tu nous regardes, immortel
    de tant de mots sur les chemins des matins mortes.

    (Et nous chantions la Varsovienne.
    Du jonc aux lèvres, Pétrarque.
    Aux oreilles de la toundra.)

    Et monte une terre, la nôtre,
    celle-ci.
    Et nous n'envoyons
    aucun des nôtres en bas,
    vers toi,
    Babel.