Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé La fonction du poète de “Oeuvres poétiques (Hugo)

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Victor Hugo Oeuvres poétiques (Hugo)
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur « La Fonction du poète » de Victor Hugo (extrait du recueil \"Les Rayons et les Ombres\"). Cette analyse sur La Fonction du poète de Victor Hugo a été rédigée par un professeur de français.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Oeuvres poétiques (Hugo)”

    A la fois artiste et homme engagé, Victor Hugo a également réfléchi à l'art poétique. Dans le poème étudié, « La fonction du poète », on voit se dessiner l'image d'un poète au-dessus de la société et au rôle fondamental pour cette dernière. Ceci n'est pas nouveau dans la pensée de Victor Hugo, et il l'applique à sa propre création. Dès ses premiers recueils en effet, il se montre engagé, à l'image des Orientales en 1828.

    Le recueil dont est extrait « La fonction du poète », Les Rayons et les Ombres, a été publié en 1840. « La fonction du poète » met en avant le caractère quasi-divin du poète. Par ce recueil, il cherche à amener la poésie au plus près des hommes, dans l'idée d'une « œuvre civilisatrice » dont le poète est l'instigateur.

    Texte étudié : « La Fonction du poète » (de Victor Hugo)

    Peuples ! écoutez le poète !
    Ecoutez le rêveur sacré !
    Dans votre nuit, sans lui complète,
    Lui seul a le front éclairé.
    Des temps futurs perçant les ombres,
    Lui seul distingue en leurs flancs sombres
    Le germe qui n'est pas éclos.
    Homme, il est doux comme une femme.
    Dieu parle à voix basse à son âme
    Comme aux forêts et comme aux flots.
    C'est lui qui, malgré les épines,
    L'envie et la dérision,
    Marche, courbé dans vos ruines,
    Ramassant la tradition.
    De la tradition féconde
    Sort tout ce qui couvre le monde,
    Tout ce que le ciel peut bénir.
    Toute idée, humaine ou divine,
    Qui prend le passé pour racine
    A pour feuillage l'avenir.
    Il rayonne ! il jette sa flamme
    Sur l'éternelle vérité !
    Il la fait resplendir pour l'âme
    D'une merveilleuse clarté.
    Il inonde de sa lumière
    Ville et désert, Louvre et chaumière,
    Et les plaines et les hauteurs ;
    À tous d'en haut il la dévoile ;
    Car la poésie est l'étoile
    Qui mène à Dieu rois et pasteurs !
    (Hugo, Les Rayons et les Ombres, La fonction du poète)