Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Alfred de Musset

Voir les ouvrages

Louis Charles Alfred de Musset-Pathay est né le 11 décembre 1810 à Paris, dans une famille très cultivée et aimante. Son père est un haut fonctionnaire et un homme de lettres. Alfred a un frère et une sœur. L'héritage intellectuel et littéraire de la famille est important, puisque le grand-père était poète, et le père spécialiste de Rousseau, un élément qui influencera l'écriture de Musset.

Alfred de Musset entre au collège Henri IV à 9 ans, en 1819. Dès 1827, il obtient un prix en dissertation latine au Concours général.
Jusqu'en 1829, il étudie la médecine, le droit et la peinture, puis abandonne ses études par amour pour la littérature.

Dès l'adolescence, Alfred de Musset fréquente le Cénacle de Charles Nodier. Il se lie d'amitié avec Sainte-Beuve et Vigny, tout en gardant ses distances avec Victor Hugo. Musset s'essaie à plusieurs disciplines, dont la musique, avant de se rabattre sur la littérature, en raison de dons évidents pour l'écriture. Il fait publier les Contes d'Espagne et d'Italie. A cette même période, sa réputation se fait à travers Paris : sulfureux, doué pour la littérature et au tempérament de dandy, Musset est repéré au sein des semi-mondains.

En avril 1832, Musset est dévasté par le décès de son père lors d'une épidémie de choléra. Il se réfugie dans une carrière littéraire, en commençant par le théâtre. Après un échec retentissant, il laissera ce genre de côté jusqu'en 1847. Toutefois, il garde un certain amour pour le théâtre et continue de publier des pièces dans La Revue des Deux Mondes. Paraît aussi un conte oriental, Namouna.

Musset voyage en Italie en novembre 1833, accompagné de George Sand. Cela lui inspire Lorenzaccio en 1834, chef-d'œuvre du drame romantique. En 1834, après une période de maladie, il publie la suite de son « Spectacle dans un fauteuil », qui comprend les Caprices de Marianne, Fantasio (1834), On ne badine pas avec l'amour (1834), La Nuit vénitienne, Un caprice, Il ne faut jurer de rien... Parallèlement, Musset écrit des nouvelles et une autobiographie à peine voilée, Confession d'un enfant du siècle.

De 1835 à 1837, Musset écrit Les Nuits, chef d'œuvre lyrique du romantisme français. Elles font suite à sa rupture définitive avec George Sand. Il tombe ensuite amoureux de Caroline Jaubert, qui restera longtemps dans sa vie, y compris au travers d'une longue correspondance. En réalité, Musset va rencontrer et fréquenter de nombreuses femmes (Pauline Garcia), Rachel, Melle Despréaux, Louise Colet...

Le Duc D'Orléans le fait nommer bibliothécaire du ministère de l'Intérieur en octobre 1938. Après la révolution de 1848, il est révoqué par Ledru-Rollin, et redevient bibliothécaire sous le Second Empire.

Le 24 avril 1845, Musset est nommé chevalier de la Légion d'honneur aux côtés de Balzac. Il intègre l'Académie française sept ans plus tard, en 1852, après deux tentatives infructueuses.

La santé d'Alfred de Musset est de plus en plus fragile, car il est atteint d'une malformation cardiaque et est devenu alcoolique et débauché. A bout de forces, il décède le 2 mai 1857.

Son œuvre nous est parvenue en raison notamment au rôle important de son frère Paul, qui a écrit des biographies, récupéré et fait rééditer plusieurs des œuvres de son frère, dont Les Caprices de Marianne ou La Mouche.

D'une manière plus proche de nous, l'œuvre de Musset a été plusieurs fois adaptée au cinéma : ainsi, en 2005, Eric Civanyan a réalisé « Il ne faut jurer de rien ! »

Quelques œuvres importantes

Spectacle dans un fauteuil, À quoi rêvent les jeunes filles (1832)
Fantasio (1833)
Les Caprices de Marianne (1833)
On ne badine pas avec l'amour (1834)
Les Nuits (1835-1836-1837)
La Mouche (1853)

(c) Fichesdelecture.com - Tous droits réservés