Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Jerzy Grotowski

Voir les ouvrages

Jerzy Grotowski, né en 1933 à Rzeszow, mort en 1999 à Pontedera. Il est un de plus grands réformateurs du théâtre du XXe siècle.

Metteur en scène polonais, théoricien du théâtre, pédagogue, créateur de la méthode interprétative.

Jerzy Grotowski valorise la présence des acteurs et délaisse les éclairages, décors et costumes superflus qui nuisent à la qualité de la relation avec le spectateur. Cette notion de « théâtre pauvre » fera connaître l'homme de théâtre polonais à travers le monde. Grotowski a pour objectif de (re)trouver l'essence même du théâtre, et pour lui elle se trouve dans l'organique, c'est-à-dire dans l'acteur.

Son travail sur le corps de l'acteur et sur un training physique particulier à la scène ont fortement marqué le théâtre contemporain. Il pousse ses acteurs à l'extrême pour diminuer les résistances intérieures de ceux-ci, c'est la via negativa. Le don total de l'acteur pour le jeu organique et immédiat, il l'appelle translumination, et fait de lui un « acteur saint ». Pour Jerzy Grotowski, l'acteur est une fin, alors que le rôle est secondaire ; le rôle est un attribut du théâtre, et pas un attribut de l'acteur. Il dit aussi que l'acteur ne doit pas jouer pour le public, mais vers le public.

Pendant le travail de mise en scène, Grotowski demande le silence et ne dirige presque pas les acteurs, considérant que c'est à eux de jouer l'essence organique du théâtre. Ainsi la notion de théâtre ascétique se réalise aussi bien dans le processus de création que lors de la représentation.

Son objectif de théorisation extrême du théâtre le mène finalement à quitter progressivement la mise en scène pour continuer sa réflexion en dehors de la pratique.

Certains pensent qu'on ne peut pas théoriser sans rester en contact avec la pratique théâtrale. Certains de ses commentateurs critiquent aussi cette théorisation extrême, en expliquant que si l'essence du théâtre est organique, alors elle est impossible à penser.