Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Miguel de Cervantes

Voir les ouvrages

Miguel de Cervantes Saavedra est né à Alcala de Henares le 29 septembre 1547. Le jour est incertain, mais le choix de son prénom laisse à penser qu'il s'agit de cette date. Son père est chirurgien, et on en sait peu sur sa mère. Miguel a plusieurs frères et sœurs.

Vers 1551, la famille déménage à Valladolid, très endettée.

Nous manquons de données sur le début des études de Cervantes. Il est possible qu'il ait étudié à Valladolid, Cordoue ou même Séville. Peut-être même a-t-il fréquenté la Compagnie de Jésus, un collège de jésuites.

En 1566, Miguel s'installe à Madrid. Il assiste à l'Estudio de la Villa, dirigé par le professeur Juan Lopez de Hoyos. A cette période, Cervantes développe un véritable goût pour le monde du théâtre.

En 1569, une ordonnance de Philippe II indique que Miguel de Cervantes a blessé un homme en duel, et qu'il doit être arrêté. Peut-être est ce la raison du départ de l'écrivain pour l'Italie, où il arrive à Rome la même année. Cervantes découvre les poèmes d'Ariosto et les Dialogues d'amour de Leon Hebreo. Ce passage en Italie va donc nourrir l'œuvre et l'écriture de Cervantes, tant sur sa vision de l'amour que dans son style.

Miguel sert ensuite Giulio Acquaviva, cardinal dès 1570. Il le suit à Palerme, Firenze, Milan, Venise, Parme et Ferrare. Il est ensuite soldat dans une compagnie d'infanterie.

Le 7 octobre 1571, il participe à la bataille de Lépante, un épisode dont il est très fier. Son surnom de « manchot de Lépante » lui vient d'une blessure à ce moment. Il passe six mois dans un hôpital de Messine et reprend sa carrière militaire en 1572. Cervantes participe alors à plusieurs expéditions navales. Par la suite, il voyage en Italie et s'installe à Naples jusqu'en 1575, avant de revenir en Espagne sur une galère.

Lors du voyage retour, il est fait prisonnier avec son frère. Ils sont emmenés à Alger et emprisonnés cinq ans. Cervantes tente de s'échapper plusieurs fois. Il est libéré en septembre 1580. Durant l'hiver, il retrouve sa famille à Madrid.

En décembre 1584, Cervantes épouse Catalina de Salazar y Palacios, dont il se sépare après deux ans de mariage.

La Galatea est publiée l'année suivante.

Dès 1587, il voyage beaucoup à travers l'Espagne, en tant qu'intendant de l'Invincible Armada. Puis il est percepteur des impôts, avant d'être emprisonné en 1597 pour faillite.

En 1605 paraît la première partie de son chef-d'œuvre, L'ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche. La seconde partie suit en 1615. Miguel de Cervantes acquiert un statut très important dans l'histoire littéraire. Il est incontournable, et Balzac lui rend hommage dans la Comédie humaine.

En 1613 paraissent les Nouvelles exemplaires. Ces récits mélangent les formules narratives et les types de textes : satire, roman picaresque, roman byzantin, policier...

Une autre dimension est importante dans l'œuvre de Cervantes : celle de la critique littéraire. Cela commence dès la Galatea, et on retrouve cette perspective dans Don Quichotte.

Ensuite, cette critique se déploie dans un long poème en tercets daté de 1614, intitulé Voyage de Parnasse.

En 1615 est publié Huit comédies et huit intermèdes nouveaux jamais représentés. Toutefois, son drame le plus populaire à l'heure actuelle, Le Siège de Numance, va rester un texte inédit jusqu'au XVIIIe siècle.

Miguel de Cervantes décède le 23 avril 1616, à Madrid. C'est là qu'il est enterré avec sa femme, sa fille et celle de Lope de Vega, au cœur du couvent de Las Trinitarias.

Deux jours avant sa mort, l'écrivain a dédicacé son roman Les Travaux de Persille et Sigismonde au Comte de Lemos. Mais ce roman grec ne paraîtra qu'un an après la mort de son auteur.

Aujourd'hui encore, l'influence de Cervantes est très importante. On dit d'ailleurs de l'espagnol qu'il s'agit de la « langue de Cervantes », comme nous le faisons pour Molière.

De plus, Don Quichotte est considéré comme le premier roman moderne de toute l'histoire littéraire, ce qui donne à l'écrivain et à son œuvre une position universelle privilégiée.

(c) Fichesdelecture.com - Tous droits réservés