Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Analyses littéraires sur “Celui qui n'avait jamais vu la mer”

(Jean-Marie Le Clézio)

Jean-Marie Le Clézio Celui qui n'avait jamais vu la mer

Nos commentaires :

Vous ne trouvez pas l'analyse que vous cherchez ? contactez-nous et commandez la!

« Celui qui n’avait jamais vu la mer » est une nouvelle pour la jeunesse de J. M. G. Le Clézio (1940-…) publiée pour la première fois en 1978. « Celui qui n’avait jamais vu la mer » est compris, à l’origine, dans un recueil de nouvelles intitulé « Mondo et autres histoires ».

Le personnage principal de « Celui qui n’avait jamais vu la mer », Daniel, est un lecteur passionné des aventures de Sinbad, qu’il lit et relit sans cesse. Discret et peu bavard, il ne sort de son mutisme que pour parler de Sinbad et de la mer. Mais il est contraint de vivre sur terre, et les conversations autour de la mer, qui ne parlent que de tourisme, l’ennuient. Mais un jour, Daniel part contre toute attente, et ses camarades de classe, parmi lesquels figure le narrateur de « Celui qui n’avait jamais vu la mer », comme ses parents, sont bien en peine de se l’expliquer…

« Celui qui n’avait jamais vu la mer » s’inscrit dans un registre nouveau pour Le Clézio. L’auteur avait habitué le public à des romans radicaux tels que « Le Procès-verbal » en 1963, dans la lignée du Nouveau Roman. Avec des nouvelles telles que « Celui qui n’avait jamais vu la mer », Le Clézio rompt avec un formalisme austère et se laisse aller à des récits plus personnels, évoquant son goût pour le voyage et l’exotisme. Il ne délaisse pas pour autant le travail sur la langue qui le caractérise.

Le recueil « Mondo et autres histoires », où figure « Celui qui n’avait jamais vu la mer », est le premier ouvrage de Le Clézio à remporter un vrai succès public. Par après, la nouvelle, au fil des rééditions, est tantôt présentée en volume séparé, tantôt jointe à d’autres nouvelles que celles de « Mondo et autres histoires ». À l’instar de l’ensemble de son œuvre, « Celui qui n’avait jamais vu la mer » est traduit dans de nombreuses langues. Le Clézio reçoit en 2008 le prix Nobel de littérature pour l’ensemble de son œuvre.