Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé A une passante de “Les Fleurs du Mal

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur \"A une passante\" de Baudelaire (\"Les fleurs du mal\"). Cette analyse sur A une passante de Baudelaire a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Les Fleurs du Mal”

    Ce poème a été écrit par Charles Baudelaire (1821-1867), et publié au sein des « Tableaux Parisiens », dans l'édition des Fleurs du Mal datant de 1857.

    Ce sonnet évoque une rencontre marquante entre le poète et une inconnue qu'il entrevoit dans la rue. On y retrouve tous les éléments caractéristiques de l'œuvre de Baudelaire : l'univers urbain, l'amour douloureux, la femme mythique et, par-dessus tout, la vocation à l'échec... Un poème désenchanté, donc, mais fondamental par son sens de l'esthétique du choc et de la révélation.

    Poème : A une passante de Charles Baudelaire

    La rue assourdissante autour de moi hurlait.
    Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,
    Une femme passa, d'une main fastueuse
    Soulevant, balançant le feston et l'ourlet ;

    Agile et noble, avec sa jambe de statue.
    Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,
    Dans son œil, ciel livide où germe l'ouragan,
    La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.

    Un éclair... puis la nuit ! - Fugitive beauté
    Dont le regard m'a fait soudainement renaître,
    Ne te verrai-je plus que dans l'éternité ?

    Ailleurs, bien loin d'ici ! trop tard ! jamais peut-être !
    Car j'ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,
    O toi que j'eusse aimée, à toi qui le savais !
    (Baudelaire, in Les Fleurs du Mal)