Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Le rôle du philosophe de “Par delà le bien et le mal

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Friedrich Nietzsche Par delà le bien et le mal
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur « Le rôle du philosophe », extrait de l'œuvre « Par delà le bien et le mal » (§212) de Nietzsche. Ce commentaire de texte sur « Le rôle du philosophe » de Nietzsche a été rédigé par un professeur.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Par delà le bien et le mal”

    Texte étudié : Nietzsche, Par delà le bien et le mal : le rôle du philosophe

    « Il me semble de plus en plus que le philosophe, étant nécessairement l'homme de demain ou d'après-demain, s'est de tout temps trouvé en contradiction avec le présent ; il a toujours eu pour ennemi l'idéal du jour. Tous ces extraordinaires pionniers de l'humanité qu'on appelle des philosophes et qui eux-mêmes ont rarement cru être les amis de la sagesse mais plutôt des fous déplaisants et de dangereuses énigmes, se sont toujours assigné une tâche dure, involontaire, inéluctable, mais dont ils ont fini par découvrir la grandeur, celle d'être la mauvaise conscience de leur temps. [...]

    En présence d'un monde d' « idées modernes » qui voudrait confiner chacun de nous dans son coin et dans sa « spécialité », le philosophe, s'il en était encore de nos jours, se sentirait contraint de faire consister la grandeur de l'homme et la notion même de la « grandeur » dans l'étendue et la diversité des facultés, dans la totalité, qui réunit des traits multiples ; il déterminerait même la valeur et le rang d'un chacun d'après l'ampleur qu'il saurait donner à sa responsabilité. Aujourd'hui la vertu et le goût du jour affaiblissent et diluent le vouloir, rien n'est plus à la mode que la débilité du vouloir. » (Nietzsche, Par delà le bien et le mal, §212, Le rôle du philosophe)

    Extrait de l'introduction du commentaire sur le texte « Le rôle du philosophe » de Nietzsche (Par delà le bien et le mal) :

    Dans ce texte extrait de l'ouvrage intitulé Par-delà le bien et le mal, Nietzsche, philosophe allemand du XIXème siècle, décrit la \"vocation\" et le \"projet fondamental\" du philosophe. Ce texte se rapporte donc à la nature du travail philosophique. Quant au problème qu'il soulève, c'est celui de savoir si la philosophie représente un regard neutre et objectif sur son temps ou bien une mise à distance passionnée et critique : un \"soupçon\". Pour Nietzsche, le philosophe, esprit critique de son temps, privilégie l'unité des facultés et la puissance de la responsabilité et ce en une époque de décadence où la volonté s'affaiblit. Dans un premier temps, Nietzsche définit la tâche du philosophe : le travail du philosophe, saisie douloureuse et critique de son époque, consiste en une contestation d'un temps. Dans un second temps, Nietzsche replace le métier du philosophe dans son propre temps : tandis que le vouloir contemporain s'avère être essentiellement faiblesse, volonté impuissante, le philosophe, cet anti-spécialiste, va à l'unité des facultés et à la puissance de la responsabilité. On comprend ainsi comment Nietzsche met à jour ici la fonction corrosive du philosophe : n'est-elle pas nécessaire à toute société pour qu'elle prenne conscience de ses manques, de sa faiblesse, de ses insuffisances intellectuelles et culturelles ?