Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé L'agonie du Père Goriot de “Le père Goriot

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Honoré de Balzac Le père Goriot
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur L'agonie du Père Goriot de Balzac (extrait du Père Goriot). Cette analyse sur L'agonie du Père Goriot a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Le père Goriot”

    Balzac (1799-1850) est l'un des plus grands écrivains français de la première moitié du XIXe siècle. A travers La Comédie Humaine, Balzac vise à décrire la société de son époque, les classes et individus qui la composent et les mentalités qui s'y développent. C'est dans cette perspective qu'il nous faut aborder Le Père Goriot, qui paraît en 1835

    L'extrait étudié est l'agonie du Père Goriot qui, veillé par Rastignac, apprend que ses filles ne viendront pas à son chevet. Le monologue qui découle de cette situation en fait un passage passionné, où se mêlent pathos et tragédie, amour et vengeance, douleur et amertume.

    Texte étudié: L'agonie du Père Goriot : Balzac, Le Père Goriot :

    Si elles ne viennent pas ? répéta le vieillard en sanglotant. Mais je serai
    mort, mort dans un accès de rage, de rage ! La rage me gagne ! En ce
    moment, je vois ma vie entière. Je suis dupe ! Elles ne m'aiment pas, elles
    ne m'ont jamais aimé ! Cela est clair.
    Si elles ne sont pas venues, elles ne viendront pas. Plus elles auront
    tardé, moins elles se décideront à me faire cette joie. Je les connais.
    Elles n'ont jamais su rien deviner de mes chagrins, de mes douleurs, de
    mes besoins, elles ne devineront pas plus ma mort ; elles ne sont
    seulement pas dans le secret de ma tendresse. Oui, je le vois, pour elles,
    l'habitude de m'ouvrir les entrailles a ôté du prix à tout ce que je faisais.
    Elles auraient demandé à me crever les yeux, je leur aurais dit : \" Crevezles
    ! \" Je suis trop bête. Elles croient que tous les pères sont comme le
    leur.
    Il faut toujours se faire valoir. Leurs enfants me vengeront. Mais c'est
    dans leur intérêt de venir ici. Prévenez- les donc qu'elles compromettent
    leur agonie.
    Elles commettent tous les crimes en un seul. Mais allez donc, dites- leur
    donc que, ne pas venir, c'est un parricide ! Elles en ont assez commis sans
    ajouter celui - là. Criez donc comme moi : \" Hé, Nasie ! Hé, Delphine !
    Venez à votre père qui a été si bon pour vous et qui souffre ! \" Rien,
    personne.
    Mourrai- je donc comme un chien ? Voilà ma récompense, l'abandon. Ce
    sont des infâmes, des scélérates ; je les abomine, je les maudis ; je me
    relèverai, la nuit, de mon cercueil pour les remaudire , car , enfin , mes
    amis , ai - je tort ? Elles se conduisent bien mal ! Hein ? Qu'est- ce que je
    dis ? Ne m'avez- vous pas averti que Delphine est là ? C'est la meilleure
    des deux.
    Vous êtes mon fils, Eugène, vous ! Aimez- la, soyez un père pour elle.
    L'autre est bien malheureuse. Et leurs fortunes ! Ah, mon Dieu ! J'expire,
    je souffre un peu trop ! Coupez- moi la tête, laissez- moi seulement le
    coeur.
    (Balzac, Le Père Goriot, « L'agonie du Père Goriot »)