Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Vautrin, un tentateur machiavélique de “Le père Goriot

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Honoré de Balzac Le père Goriot
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé et analyse du personnage de Vautrin dans Le Père Goriot de Balzac. Cette analyse sur le personnage de Vautrin dans Le Père Goriot a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Le père Goriot”

    Figure majeure du roman réaliste, Balzac (1799-1850) est l'un des plus grands écrivains français de la première moitié du XIXe siècle. Instigateur de l'immense projet littéraire que constitue La Comédie Humaine, Balzac vise à travers ses romans à décrire la société de son époque, les classes et individus qui la composent et les mentalités qui s'y développent. C'est dans cette perspective qu'il nous faut aborder Le Père Goriot, qui paraît en 1835.

    Dans l'extrait étudié, Vautrin délivre un discours qui relève presque de la leçon au jeune et ambitieux Rastignac. Cette tirade, comme nous allons le voir, mêle génie oratoire et justification des conduites immorales dans la recherche de l'argent et de la progression sociale.

    Texte étudié: \"Vautrin, un tentateur machiavélique\" (Honoré de Balzac, Le Père Goriot) :

    Voilà le carrefour de la vie, jeune homme, choisissez. Vous avez déjà
    choisi : vous êtes allé chez notre cousine de Bauséant, et vous y avez
    flairé le luxe. Vous êtes allé chez madame de Restaud, la fille du père
    Goriot, et vous y avez flairé la Parisienne. Ce jour-là vous êtes revenu
    avec un mot écrit sur votre front, et que j'ai bien su lire Parvenir !
    En partenariat avec www.bacfrancais.com
    Parvenir à tout prix. Bravo ! ai-je dit, voilà un gaillard qui me va. Il vous a
    fallu de l'argent. Où en prendre ? Vous avez saigné vos soeurs. Tous les
    frères flouent plus ou moins leurs soeurs. Vos quinze cents francs
    arrachés, Dieu sait comme ! Dans un pays où l'on trouve plus de
    châtaignes que de pièces de cent sous, vont filer comme des soldats à la
    maraude. Après, que ferez-vous ? Vous travaillerez ? Le travail, compris
    comme vous le comprenez en ce moment, donne, dans les vieux jours, un
    appartement chez maman Vauquer, à des gars de la force de Poiret. Une
    rapide fortune est le problème que se proposent de résoudre en ce
    moment cinquante mille jeunes gens qui se trouvent tous dans votre
    position. Vous êtes une unité de ce nombre-là. Jugez des efforts que vous
    avez à faire et de l'acharnement du combat. Il faut vous manger les uns
    les autres comme des araignées dans un pot, attendu qu'il n'y a pas
    cinquante mille bonnes places. Savez-vous comment on fait son chemin ici
    ? Par l'éclat du génie ou par l'adresse de la corruption. Il faut entrer dans
    cette masse d'hommes comme un boulet de canon, ou s'y glisser comme
    une peste. L'honnêteté ne sert à rien.
    (Honoré de Balzac, Le Père Goriot, \"Vautrin, un tentateur machiavélique\")