Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Le portrait d'Esther de “Etoile errante

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Jean-Marie Le Clézio Etoile errante
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur Le portrait d'Esther dans \"Etoile errante\" de Le Clézio. Cette analyse sur Le portrait d'Esther dans Etoile filante a été rédigée par un professeur de français.

    • 4 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Etoile errante”

    Le Clézio évoque de manière poétique l'eau et ses métamorphoses : glace, neige, gouttes, ruisselets, ruisseaux, cascades selon une structure en gradation. L'eau déclenche ici le souvenir, par mécanisme associatif : sa crue exprime le flux des souvenirs, un dégel de la mémoire.

    Texte étudié : Le Clézio, Etoile errante, « Le portrait d'Esther »

    Elle savait que l'hiver était fini quand elle entendait le bruit de l'eau.
    L'hiver, la neige avait recouvert le village, les toits des maisons et les
    prairies étaient blancs. La glace avait fait des stalactites au bout des toits.
    Puis le soleil se mettait à brûler, la neige fondait et l'eau commençait à
    couler goutte à goutte de tous les rebords, de toutes les solives, des
    branches d'arbre, et toutes les gouttes se réunissaient et formaient des
    ruisselets, les ruisselets allaient jusqu'aux ruisseaux, et l'eau cascadait
    joyeusement dans toutes les rues du village.
    C'était peut-être ce bruit d'eau son plus ancien souvenir. Elle se
    souvenait du premier hiver à la montagne, et de la musique de l'eau au
    printemps. C'était quand ? Elle marchait entre son père et sa mère dans la
    rue du village, elle leur donnait la main. Son bras tirait plus d'un côté,
    parce que son père était si grand. Et l'eau descendait de tous les côtés, en
    faisant cette musique, ces chuintements, ces sifflements, ces
    tambourinades. Chaque fois qu'elle se souvenait de cela, elle avait envie
    de rire, parce que c'était un bruit doux et drôle comme une caresse. Elle
    riait, alors, entre son père et sa mère, et l'eau des gouttières et du
    ruisseau lui répondait, glissait, cascadait...
    Maintenant, avec la brûlure de l'été, le ciel d'un bleu intense, il y
    avait un bonheur qui emplissait tout le corps, qui faisait peur, presque.
    Elle aimait surtout la grande pente herbeuse qui montait vers le ciel, audessus
    du village. Elle n'allait pas jusqu'en haut, parce qu'on disait qu'il y
    avait des vipères. Elle marchait un instant au bord du champ, juste assez
    pour sentir la fraîcheur de la terre, les lames coupantes contre ses lèvres.
    Par endroits, les herbes étaient si hautes qu'elle disparaissait
    complètement. Elle avait treize ans, elle s'appelait Hélène Grève, mais son
    père disait : Esther. (Le Clézio, Etoile errante, « Le portrait d'Esther »)