Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Chapitre 50 (Sur Démocrite et Héraclite) de “Les Essais

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Michel de Montaigne Les Essais
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur \"Démocrite et Héraclite\" de Montaigne (Essais, Livre I, chapitre 50). Cette analyse sur Démocrite et Héraclite de Montaigne a été rédigée par un professeur de français.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Les Essais”

    Texte étudié: Essais de Montaigne, Chapitre 50 : Sur Démocrite et Héraclite:

    Le jugement est un outil bon pour tous les sujets, et on s'en
    sert partout. C'est pour cela que je profite de toutes les occasions
    pour en faire ici des « Essais ». S'il s'agit d'un sujet que je ne
    connais pas, je le teste sur lui : sondant le gué de très loin, si je le
    trouve trop profond pour ma taille, je reste sur la rive. Le fait de
    reconnaître que je ne puis traverser, c'est justement un trait
    caractéristique de ses effets, et précisément celui dont il est le
    plus fier. Tantôt je l'essaie sur un sujet creux, un sujet rien du
    tout, pour voir s'il trouvera de quoi lui donner corps, l'appuyer et
    l'étayer. Tantôt je le conduis vers un sujet noble et rebattu, auquel
    il ne peut rien ajouter d'original, le chemin étant si fréquenté qu'il
    ne peut marcher là que sur la piste d'autrui... Il s'amuse alors à
    choisir la route qui lui semble la meilleure, et entre mille sentiers
    possibles, il dit que celui-ci, ou celui-là, a été le mieux choisi.
    Je prends le premier sujet qui me vient au hasard : tous me
    sont également bons, et je ne tente jamais de les traiter en entier,
    car je suis incapable d'embrasser la totalité de quoi que ce soit. Et
    d'ailleurs, ceux qui nous promettent de le faire ne le font pas plus!
    Des cent membres et visages de chaque chose, j'en retiens un,
    parfois pour l'effleurer, pour le lécher seulement, et parfois pour le
    ronger jusqu'à l'os. J'y enfonce mon scalpel, non pas le plus
    largement, mais le plus profondément possible. Et le plus souvent,
    j'aime saisir les choses par leur côté insolite.
    Je me risquerais à traiter à fond quelque sujet si je me
    connaissais moins, et si je m'abusais moi-même sur mes
    capacités. Prenant un mot ici, un autre là, échantillons sortis de
    leur contexte, sans dessein et sans avoir rien promis à mon
    lecteur, je ne suis pas tenu d'en tirer quelque chose de bon, ni de
    m'y tenir moi-même sans changer d'avis quand il me plaît; je puis
    me livrer au doute et à l'incertitude, voire à l'état qui domine chez
    moi : l'ignorance.
    Tout mouvement nous révèle. L'âme de César, qui se montre quand
    elle organise et conduit la bataille de Pharsale, se montre aussi dans
    l'organisation de parties fines et oisives!... On juge un cheval non
    seulement en le voyant manoeuvrer dans le manège, mais aussi en le
    voyant marcher au pas, et au repos à l'écurie.
    Parmi les fonctions de l'âme, il en est de viles : qui ne la voit aussi
    sous ce jour ne la connaît pas vraiment. Et peut-être est-ce quand elle va
    de son propre pas qu'on l'observe le mieux. Le souffle des passions
    l'atteint surtout dans ses nobles dispositions. Et à cela s'ajoute le fait
    qu'elle s'applique et s'attache entièrement à chacune, sans jamais
    s'occuper de plus d'une seule à la fois. L'âme ne traite pas une passion
    pour ce qu'elle est, mais en fonction de l'idée qu'elle s'en fait. Les choses,
    en elles-mêmes, ont peut-être leurs poids, leurs dimensions, et leurs
    propriétés, mais à l'intérieur, en nous-mêmes, l'âme les retaille à sa
    guise.
    Pour Cicéron, la mort est effroyable; pour Caton, elle est désirable; et
    pour Socrate, elle est indifférente. La santé, la conscience, l'autorité, le
    savoir, la richesse, la beauté - et leurs contraires - quittent leurs
    vêtements à l'entrée, et reçoivent de l'âme un nouveau costume, et de la
    couleur qu'il lui convient de leur donner : brune, verte, claire, sombre,
    criarde, douce, profonde, superficielle... Et chacune des âmes en décide à
    sa façon, car elles n'ont pas décidé en commun de leurs styles, de leurs
    règles, ni de leurs modèles : chacune est maîtresse chez elle.
    Ne prenons donc plus comme excuse les qualités extérieures des
    choses : nous ne devons nous en prendre qu'à nous. Notre bien et notre
    mal ne dépendent que de nous. Adressons à nous-mêmes nos offrandes et
    nos voeux, et non pas au « destin » : il ne peut rien sur notre caractère.
    C'est notre caractère, au contraire, qui l'entraîne derrière lui, et lui donne
    sa forme.
    Pourquoi ne jugerais-je pas Alexandre quand il était à table devisant et
    buvant sec? Ou quand il jouait aux échecs? Quelle corde était pincée, dans
    son esprit, par ce jeu stupide et puéril? (Jeu que je déteste et que je fuis,
    car ce n'est pas assez un jeu, et qu'il nous amuse trop sérieusement : j'ai
    honte de lui porter une attention qui suffirait à quelque chose de bien).
    Alexandre n'était pas plus absorbé qu'aux échecs quand il préparait son
    célèbre passage dans les Indes. Ni cet autre, quand il cherche à
    débrouiller le sens d'un verset dont dépend le salut du genre humain!
    Voyez combien notre âme change cette distraction ridicule, la grossit
    et l'épaissit, et si tous ses nerfs ne se tendent? Comme elle fournit à
    chacun, pour le coup, l'occasion de se connaître et de se juger vraiment! Il
    n'est pas d'autres circonstances dans lesquelles je me vois et m'examine
    plus complètement. Quelle passion ne nous y agite? La colère, le dépit, la
    haine, l'impatience - et un violent besoin de vaincre, dans un domaine où
    il serait plus excusable de souhaiter être vaincu. Car montrer une
    supériorité rare et hors du commun dans une activité frivole ne sied pas à
    un homme d'honneur. Et ce que je dis pour ce cas-là peut se dire en toute
    autre circonstance. Chaque parcelle de lui-même, chaque activité d'un
    l'homme le révèle et le dévoile aussi bien qu'une autre.
    Des deux philosophes Démocrite et Héraclite, le premier, qui trouvait
    ridicule et vaine la condition humaine, n'affichait en public qu'un visage
    moqueur et souriant; le deuxième, au contraire, éprouvant de la
    compassion et de la pitié pour cette même condition, montrait un visage
    continuellement triste et avait les yeux pleins de larmes.
    Sitôt le pied en dehors du logis,
    L'un riait, et l'autre pleurait.
    [Juvénal, X, 28]
    Je préfère la première de ces attitudes, non parce qu'il est plus
    plaisant de rire que de pleurer, mais parce qu'elle est plus dédaigneuse, et
    qu'elle nous condamne plus que l'autre. Il me semble en effet que nous ne
    pouvons jamais être méprisés autant que nous le méritons. La plainte et
    la commisération supposent une certaine estime pour la chose que l'on
    plaint : celles dont on se moque, ce sont celles auxquelles nous
    n'attachons aucun prix. Je ne pense pas qu'il y ait en nous autant de
    malheur que de frivolité, autant de méchanceté que de bêtise; nous
    sommes moins remplis de mal que d'inanité, nous sommes moins
    malheureux que vils.
    C'est pourquoi Diogène, qui baguenaudait à sa guise en roulant son
    tonneau, et qui se moquait bien du grand Alexandre, quand il nous
    considérait tous comme des mouches ou des outres pleines de vent, était
    un juge plus sévère et plus aigu, et donc plus juste selon moi que Timon,
    celui qui fut surnommé l'ennemi des hommes. Car ce que l'on hait, on le
    prend encore à coeur. Et Timon nous voulait du mal, désirait ardemment
    notre ruine, fuyait notre société comme dangereuse, celle de méchants et
    de gens dépravés. L'autre, au contraire, nous estimait si peu que nous ne
    pouvions le troubler, ni le changer par notre contagion, et s'il fuyait notre
    compagnie, c'est qu'il ne la craignait pas, mais la dédaignait : il ne nous
    estimait capables de faire ni du bien ni du mal.
    La réponse de Statilius, auquel Brutus proposa de se joindre à la
    conspiration contre César, fut de la même veine : il trouva que l'entreprise
    était juste, mais que les hommes n'étaient pas dignes qu'on prît cette
    peine pour eux. Il se conformait ainsi à la doctrine d'Hégésias disant que
    le sage ne devait rien faire que pour lui-même, car il est seul à mériter
    que l'on fasse quelque chose pour lui. Et aussi à celle de Théodore, qui
    prétendait injuste que le sage risque sa vie pour le bien de son pays et
    mette ainsi pour des fous la sagesse en péril.
    Si notre condition individuelle est ridicule, c'est pourtant elle aussi qui
    nous permet d'en rire.