Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Livre III (L'art du voyage) de “Les Essais

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Michel de Montaigne Les Essais
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur L'art du voyage de Montaigne (Livre III des Essais). Cette analyse sur L'art du voyage de Montaigne a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Les Essais”

    Le livre III des Essais de Montaigne parle de ses voyages et de ses réflexions politiques. L'humaniste est tourné vers les autres. Le seul reproche est que cette éducation n'est pas accessible à tout le monde, à cause des moyens nécessaires (réservée à l'élite).

    Texte étudié : Livre III, L'art du voyage dans Les Essais de Montaigne

    J'ay la complexion du corps libre, et le goust commun, autant qu'homme
    du monde : La diversité des façons d'une nation à autre, ne me touche
    que par le plaisir de la varieté. Chaque usage a sa raison. Soyent des
    assietes d'estain, de bois, de terre : bouilly ou rosty ; beurre, ou huyle, de
    noix ou d'olive, chaut ou froit, tout m'est un. Et si un, que vieillissant,
    j'accuse ceste genereuse faculté : et auroy besoin que la delicatesse et le
    choix, arrestast l'indiscretion de mon appetit, et par fois soulageast mon
    estomach. Quand j'ay esté ailleurs qu'en France : et que, pour me faire
    courtoisie, on m'a demandé, si je vouloy estre servi à la Françoise, je
    m'en suis mocqué, et me suis tousjours jetté aux tables les plus espesses
    d'estrangers.
    J'ay honte de voir nos hommes, enyvrez de cette sotte humeur, de
    s'effaroucher des formes contraires aux leurs. Il leur semble estre hors de
    leur element, quand ils sont hors de leur village. Où qu'ils aillent, ils se
    tiennent à leurs façons, et abominent les estrangeres. Retrouvent ils un
    compatriote en Hongrie, ils festoient ceste avanture : les voyla à se r'alier,
    et à se recoudre ensemble ; à condamner tant de moeurs barbares qu'ils
    voyent. Pourquoy non barbares, puis qu'elles ne sont Françoises ? Encore
    sont ce les plus habilles, qui les ont recognuës, pour en mesdire : La
    pluspart ne prennent l'aller que pour le venir. Ils voyagent couverts et
    resserrez, d'une prudence taciturne et incommunicable, se defendans de
    la contagion d'un air incogneu.
    Ce que je dis de ceux là, me ramentoit en chose semblable, ce que j'ay
    par fois apperçeu en aucuns de noz jeunes courtisans. Ils ne tiennent
    qu'aux hommes de leur sorte : nous regardent comme gens de l'autre
    monde, avec desdain, ou pitié. Ostez leur les entretiens des mysteres de
    la cour, ils sont hors de leur gibier. Aussi neufs pour nous et malhabiles,
    comme nous sommes à eux. On dict bien vray, qu'un honneste homme,
    c'est un homme meslé.