Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Critique de la guerre de “Le Monde comme il va

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Voltaire Le Monde comme il va
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur Critique de la guerre, extrait de \"Le Monde comme il va\" de Voltaire. Notre analyse de \"Critique de la guerre\" (Le Monde comme il va) de Voltaire a été rédigée par un professeur de français.

     

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Le Monde comme il va”

    Conte philosophique de Voltaire publié en 1746, Le monde comme il va n'est pas son ouvrage le plus connu. \"Le monde comme il va\" a pour personnage principal Babouc, un Scythe envoyé par l'ange Ituriel pour observer la chute de Persépolis, qui représente en réalité Paris. Ituriel veut savoir si Persépolis devra être détruite.

    Cet extrait du \"Monde comme il va\" présente l'observation des combats par Babouc et permet à Voltaire de dénoncer la guerre par l'intermédiaire de son regard.

    Extrait étudié : Critique de la Guerre de Voltaire

    Le lendemain, sur un bruit qui se répandit que la paix allait être conclue, le général persan et le général indien s'empressèrent de donner bataille ; elle fut sanglante. Babouc en vit toutes les fautes et toutes les abominations ; il fut témoin des manœuvres des principaux satrapes, qui firent ce qu'ils purent pour faire battre leur chef. Il vit des officiers tués par leurs propres troupes; il vit des soldats qui chevaient d'égorger leurs camarades expirants, pour leur arracher quelques lambeaux sanglants, déchirés et couverts de fange. Il entra dans les hôpitaux où l'on transportait les blessés, dont la plupart expiraient par la négligence inhumaine de ceux mêmes que le roi de Perse payait chèrement pour les secourir. Sont-ce là des hommes, s'écria Babouc, ou des bêtes féroces ? Ah ! je vois bien que Persépolis sera détruite.\"

    Occupé de cette pensée, il passa dans le camp des Indiens ; il y fut aussi bien reçu que dans celui des Perses, selon ce qui lui avait été prédit ; mais il y vit tous les mêmes excès qui l'avaient saisi d'horreur. Oh, oh ! dit-il en lui-même, si l'ange Ituriel veut exterminer les Persans, il faut donc que l'ange des Indes détruise aussi les Indiens. S'étant ensuite informé plus en détail de ce qui s'était passé dans l'une et l'autre armée, il apprit des actions de générosité, de grandeur d'âme, d'humanité, qui l'étonnèrent et le ravirent. Inexplicables humains, s'écria-t-il, comment pouvez-vous réunir tant de bassesse et de grandeur, tant de vertus et de crimes ?