Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Analyses littéraires sur “Cabot-Caboche”

(Daniel Pennac)

Daniel Pennac Cabot-Caboche

Vous ne trouvez pas l'analyse que vous cherchez ? contactez-nous et commandez la!

« Cabot-Caboche » est un roman pour la jeunesse de Daniel Pennac (1944-…), paru en 1982. Le personnage principal de « Cabot-Caboche » est un chien nommé Le Chien.

Dans « Cabot-Caboche », Le Chien est un cabot pas très beau, mais qui se bat pour vivre. Il cherche une maîtresse. Mais une vraie maîtresse, une qui l’aime pour de bon. C’est qu’il a vécu beaucoup de choses difficiles dans sa vie : à sa naissance, on a voulu le noyer parce qu’il était trop laid ; il s’est retrouvé dans une décharge, et a erré jusqu’à être capturé et emmené à la fourrière. Il est adopté par une petite fille qui sent la pomme ; il va l’appeler « Pomme », et elle va l’appeler « Le Chien ». Il aime bien Pomme, mais il a l’impression de déranger tout le monde, même elle, dans le petit appartement où ils vivent. Pomme est tellement capricieuse… Est-ce Pomme qui doit apprivoiser Le Chien, ou plutôt le contraire ?

« Cabot-Caboche » traite d’un sujet qui revient chaque année dans l’actualité : l’adoption et l’abandon de chiens. Les mésaventures du Chien illustrent à merveille de nombreuses et tristes vérités sur le sort des chiens abandonnés, mais également, lors de son adoption, sur les décisions trop rapides de maîtres qui ne mesurent pas la responsabilité qu’ils prennent et qui finissent lâchement par vouloir s’en débarrasser. D’ailleurs, à la fin de « Cabot-Caboche », Pennac propose une réflexion sur la possession d’un chien et ses conséquences, véritable témoignage de l’amitié entre l’auteur et les canidés.

Depuis sa parution en 1982, « Cabot-Caboche » est devenu un classique de la littérature jeunesse. L’humour et l’émotion très présents servent un propos fort. Les nombreux chapitres (quarante) de « Cabot-Caboche » n’ont rien de décourageant, tant le style est agréable et facile à lire. « Cabot-Caboche », pour ces raisons, est fréquemment programmé dans les cours de français au collège.