Commentaire composé La corruption du principe de la monarchie de “De l'esprit des lois

Charles-Louis de Montesquieu De l'esprit des lois

3

Acheter en ligne

& recevez-la directement.

  • 5 pages de commentaire composé
  • format .pdf
  • style abordable & grand public

Résumé du commentaire composé

Commentaire composé sur \"La corruption du principe de la monarchie\" de Montesquieu. Cette analyse sur La corruption du principe de la monarchie de Montesquieu a été rédigée par un professeur de français.

Sommaire du commentaire composé

  1. Une rigueur dialectique dans le plan du texte
  2. Les conséquences du refus de s'appuyer sur les corps intermédiaires
    1. sur le plan politique
    2. sur le plan des moeurs

Extrait du commentaire composé du livre
“De l'esprit des lois”

Après avoir présenté la nature et les principes des trois types de gouvernements (républicain, monarchique et despotique), Montesquieu se propose d'étudier dans cet essai argumentatif et rationnel les principes qui les corrompent. Cet extrait concerne ceux de la monarchie, avec une critique manifeste de l'absolutisme de Louis XIV.

Texte étudié : Montesquieu, L'esprit des Lois, Livre III, Chapitres 6 et 7, La corruption du principe de la monarchie

Comme les démocraties se perdent lorsque le peuple dépouille le sénat,
les magistrats et les juges de leurs fonctions, les monarchies se
corrompent lorsqu'on ôte peu à peu les prérogatives des corps ou les
privilèges des villes. Dans le premier cas, on va au despotisme de tous ;
dans l'autre, au despotisme d'un seul.
« Ce qui perdit les dynasties de Tsin et de Souï, dit un auteur chinois,
c'est qu'au lieu de se borner, comme les anciens, à une inspection
générale, seule digne du souverain, les princes voulurent gouverner tout
immédiatement par eux-mêmes » L'auteur chinois nous donne ici la cause
de la corruption de presque toutes les monarchies.
La monarchie se perd, lorsqu'un prince croit qu'il montre plus sa puissance
en changeant l'ordre des choses qu'en le suivant ; lorsqu'il ôte les
fonctions naturelles des uns pour les donner arbitrairement à d'autres, et
lorsqu'il est plus amoureux de ses fantaisies que de ses volontés.
La monarchie se perd, lorsque le prince, rapportant tout uniquement à lui,
appelle l'État à sa capitale, la capitale à sa cour, et la cour à sa seule
personne.
Enfin elle se perd, lorsqu'un prince méconnoît son autorité, sa situation,
l'amour de ses peuples ; et lorsqu'il ne sent pas bien qu'un monarque doit
se juger en sûreté, comme un despote doit se croire en péril.
Le principe de la monarchie se corrompt lorsque les premières dignités
sont les marques de la première servitude, lorsqu'on ôte aux grands le
respect des peuples, et qu'on les rend de vils instruments du pouvoir
arbitraire.
Il se corrompt encore plus, lorsque l'honneur a été mis en contradiction
avec les honneurs, et que l'on peut être à la fois couvert d'infamie et de
dignités.
Il se corrompt lorsque le prince change sa justice en sévérité ; lorsqu'il
met, comme les empereurs romains, une tête de Méduse sur sa poitrine ;
lorsqu'il prend cet air menaçant et terrible que Commode faisoit donner à
ses statues.
Le principe de la monarchie se corrompt lorsque des âmes singulièrement
lâches tirent vanité de la grandeur que pourroit avoir leur servitude ; et
qu'elles croient que ce qui fait que l'on doit tout au prince, fait que l'on ne
doit rien à sa patrie.
Mais s'il est vrai (ce que l'on a vu dans tous les temps) qu'à mesure que le
pouvoir du monarque devient immense, sa sûreté diminue ; corrompre ce
pouvoir, jusqu'à le faire changer de nature, n'est-ce pas un crime de lèsemajestécontre
lui.
(Montesquieu, L'esprit des Lois, Livre III, Chapitres 6 et 7, La corruption du principe de la monarchie)

Télécharger le commentaire maintenant!

Pour 3 seulement (Satisfait ou remboursé)

1
2
3