Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé L'homme, animal politique de “Les Politiques

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Aristote Les Politiques
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur « L'homme, animal politique » issu de l'œuvre « Les Politiques » d'Aristote. Ce corrigé de commentaire sur « L'homme, animal politique » d'Aristote a été réalisé par un professeur.

    • 6 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Les Politiques”

    Texte étudié : Aristote, Les Politiques : L'homme, animal politique

    « Il est évident que l'homme est un animal politique plus que n'importe quelle abeille et que n'importe quel animal grégaire. Car, comme nous le disons, la nature ne fait rien en vain; or seul parmi les animaux l'homme a un langage. Certes la voix est le signe du douloureux et de l'agréable, aussi la rencontre-t-on chez les animaux; leur nature en effet est parvenue jusqu'au point d'éprouver la sensation du douloureux et de l'agréable et de se les signifier mutuellement. Mais le langage existe en vue de manifester l'utile et le nuisible, et par suite aussi le juste et l'injuste. Il n'y a en effet qu'une chose qui soit propre aux hommes par rapport aux animaux : le fait que seuls ils ont la perception du bien et du mal, du juste et de l'injuste et des autres notions de ce genre. Avoir de telles notions en commun, c'est ce qui fait une famille et une cité.
    De plus une cité est par nature antérieure à une famille et à chacun de nous. Le tout, en effet, est nécessairement antérieur à la partie, car le corps entier une fois détruit, il n'y a plus ni main ni pied, sinon par homonymie, comme quand on parle d'une main de pierre, car toutes les choses se définissent par leur fonction et leur vertu, de sorte que quand elles ne les ont plus, il ne faut pas dire qu'elles sont les mêmes, mais qu'elles n'ont que le même nom. Que donc la cité soit à la fois par nature et antérieure à chacun de ses membres, c'est clair. S'il est vrai, en effet, que chacun pris séparément n'est pas autosuffisant, il sera dans la même situation que les autres parties vis-à-vis du tout, alors que celui qui n'est pas capable d'appartenir à une communauté ou qui n'en a pas besoin parce qu'il se suffit à lui-même n'est en rien une partie d'une cité, si bien que c'est soit une bête soit un dieu. C'est donc par nature qu'il y a chez les hommes une tendance vers une communauté de ce genre. » (Aristote, Les Politiques, I, 2 - Trad. P. Pellegrin, L'homme, animal politique)

    Extrait de l'introduction du commentaire sur « L'homme animal politique » d'Aristote :

    Bon nombre d'auteurs soulignent l'individualisme dont nos sociétés modernes seraient marquées. Mais ne s'agit-il que d'un phénomène moderne ? En première approche, le propre de l'homme semble justement se concentrer dans son individualité. Freud allait d'ailleurs jusqu'à dire que l'homme « sera toujours enclin à défendre son droit à la liberté individuelle contre la volonté de la masse ».