Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Les Corbeaux de “Poésies

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Arthur Rimbaud Poésies
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur \"Les corbeaux\" de Rimbaud. Cette analyse sur \"Les Corbeaux\" de Rimbaud a été rédigée par un professeur de français.

    • 6 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Poésies”

    Ce commentaire porte sur le poème Les Corbeaux d'Arthur Rimbaud publié dans La Renaissance littéraire et artistique en septembre 1872.

    Tout d'abord nous évoquerons la défaite, à travers le double échec évoqué dans le poème, la défaite militaire de la guerre franco-allemande de 1870, mais aussi la défaite littéraire de Rimbaud. Ensuite nous nous intéresserons au thème de la mort, représenté par le paysage hivernal et les soldats morts. Enfin nous étudierons le devoir de commémoration incarné par les corbeaux, les anges noirs de la mort.

    Texte étudié : Rimbaud, Poésies, Les Corbeaux

    Seigneur, quand froide est la prairie,
    Quand, dans les hameaux abattus,
    Les longs angélus se sont tus...
    Sur la nature défleurie
    Faites s'abattre des grands cieux
    Les chers corbeaux délicieux.
    En partenariat avec www.bacfrancais.com
    Armée étrange aux cris sévères,
    Les vents froids attaquent vos nids !
    Vous, le long des fleuves jaunis,
    Sur les routes aux vieux calvaires,
    Sur les fossés et sur les trous
    Dispersez-vous, ralliez-vous !
    Par milliers, sur les champs de France,
    Où dorment des morts d'avant-hier,
    Tournoyez, n'est-ce pas, l'hiver,
    Pour que chaque passant repense !
    Sois donc le crieur du devoir,
    Ô notre funèbre oiseau noir !
    Mais, saints du ciel en haut du chêne,
    Mât perdu dans le soir charmé,
    Laissez les fauvettes de mai
    Pour ceux qu'au fond du bois enchaîne,
    Dans l'herbe d'où l'on ne peut fuir,
    La défaite sans avenir.
    (Rimbaud, Poésies, Les Corbeaux)