Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Perception et identité de la nature humaine de “Traité de la Nature Humaine

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
David Hume Traité de la Nature Humaine
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur Perception et Identité de Hume (issu de Traité de la nature humaine). Ce commentaire composé consacré à l'œuvre « Traité de la nature humaine » de Hume et plus particulièrement sur la perception et l'identité (livre I, IV partie, section VI), a été réalisé par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Traité de la Nature Humaine”

    Quiconque s'est livré à une tentative d'autobiographie a sans doute fait l'expérience de la difficulté qu'il y a à cerner sa propre identité. Comment dire avec suffisamment de précision celui qu'on a été, celui qu'on est aujourd'hui et le passage de l'un à l'autre ? Ou donc repérer l'identité du sujet ?

    Texte étudié : Hume, Traité de la nature humaine : perception et identité :

    « Pour ma part, quand j'entre le plus intimement dans ce que j'appelle moi-même, je bute toujours sur quelque perception particulière ou sur une autre, de chaud ou froid, de lumière ou d'ombre, d'amour ou de haine, de douleur ou de plaisir. Je ne peux jamais, à aucun moment, me saisir moi même sans une perception. Quand mes perceptions sont supprimées pour un temps, comme par un sommeil profond, aussi longtemps que je suis sans conscience de moi-même, on peut vraiment dire que je n'existe pas. Et si toutes mes perceptions étaient supprimées par la mort, et que je ne puisse plus ni penser, ni sentir, ni voir, ni aimer, ni haïr après la dissolution de mon corps, je serais entièrement annihilé, et je ne conçoit pas ce qu'il faudrait de plus pour faire de moi une parfaite non entité. Si quelqu'un à partir d'une réflexion sérieuse et sans préjugés, pense qu'il a une notion différente de lui-même, je dois avouer que je ne puis raisonner plus longtemps avec lui. Tout ce que je peux lui accorder, c'est qu'il peut avoir raison aussi bien que moi, et que nous différons essentiellement sur ce point. Il peut peut-être percevoir quelque chose de simple et de continu, qu'il appelle lui-même, mais je suis certain qu'il n'existe pas un tel un tel principe en moi. » (Hume, Traité de la nature humaine, livre I, IV partie, section VI, Perception et identité)