Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Traite des nègres de “L'Encyclopédie

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Denis Diderot L'Encyclopédie
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur \"Traite des nègres\" du Chevalier de Jaucourt (extrait de l'Encyclopédie). Cette analyse sur \"Traite des nègres\" de Jaucourt a été rédigée par un professeur de français.

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “L'Encyclopédie”

    L'article \"Traite des nègres\" du Chevalier de Jaucourt définit l'esclavage et la manière dont il fonctionne. L'auteur de l'article, le Chevalier de Jaucourt, rattache le problème à celui, plus politique, des relations entre rois et sujets.

    Texte étudié : Chevalier de Jaucourt, Encyclopédie : \"Traite des nègres\":

    Traite des nègres (Commerce d'Afrique). C'est l'achat des nègres que font
    les Européens sur les côtes d'Afrique, pour employer ces malheureux dans
    leurs colonies en qualité d'esclaves. Cet achat de nègres, pour les réduire
    en esclavage, est un négoce qui viole la religion, la morale, les lois
    naturelles, et tous les droits de la nature humaine.
    Les nègres, dit un Anglais moderne plein de lumières et d'humanité, ne
    sont point devenus esclaves par le droit de la guerre ; ils ne se dévouent
    pas non plus volontairement eux-mêmes à la servitude, et par conséquent
    leurs enfants ne naissent point esclaves. Personne n'ignore qu'on les
    achète de leurs princes, qui prétendent avoir droit de disposer de leur
    liberté, et que les négociants les font transporter de la même manière que
    leurs autres marchandises, soit dans leurs colonies, soit en Amérique où
    ils les exposent en vente.
    Si un commerce de ce genre peut être justifié par un principe de morale, il
    n'y a point de crime, quelque atroce qu'il soit, qu'on ne puisse légitimer.
    Les rois, les princes, les magistrats ne sont point les propriétaires de leurs
    sujets, ils ne sont donc pas en droit de disposer de leur liberté, et de les
    vendre pour esclaves.
    D'un autre côté, aucun homme n'a droit de les acheter ou de s'en rendre
    le maître ; les hommes et leur liberté ne sont point un objet de commerce
    ; ils ne peuvent être ni vendus, ni achetés, ni payés à aucun prix. Il faut
    conclure de là qu'un homme dont l'esclave prend la fuite, ne doit s'en
    prendre qu'à lui-même, puisqu'il avait acquis à prix d'argent une
    marchandise illicite, et dont l'acquisition lui était interdite par toutes les
    lois de l'humanité et de l'équité.
    Il n'y a donc pas un seul de ces infortunés que l'on prétend n'être que des
    esclaves, qui n'ait droit d'être déclaré libre, puisqu'il n'a jamais perdu la
    liberté ; qu'il ne pouvait pas la perdre ; et que son prince, son père, et qui
    que ce soit dans le monde n'avait le pouvoir d'en disposer ; par
    conséquent la vente qui en a été faite est nulle en elle-même : ce nègre
    En partenariat avec www.bacfrancais.com
    ne se dépouille, et ne peut pas même se dépouiller jamais de son droit
    naturel ; il le porte partout avec lui, et il peut exiger partout qu'on l'en
    laisse jouir. C'est donc une inhumanité manifeste de la part des juges de
    pays libres où il est transporté, de ne pas l'affranchir à l'instant en le
    déclarant libre, puisque c'est leur semblable, ayant une âme comme eux.
    (Chevalier de Jaucourt, Encyclopédie : \"Traite des nègres\")