Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Vers dorés de “Les filles du feu

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Gérard de Nerval Les filles du feu
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur \"Vers dorés\" de Gérard de Nerval (\"Les chimères\"). Cette analyse sur Vers dorés, extrait des Chimères de Gérard de Nerval a été rédigée par un professeur de français.

    • 2 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Les filles du feu”

    Les Chimères sont une suite de sonnets parus avec les Filles du feu. Ces poèmes sont composés en 1853 par Gérard Labrunie, plus connu sous le nom de Gérard de Nerval (1808-1855). Le poète y évoque sa propre existence et ses réflexions personnelles, en y ajoutant des éléments tirés de l'imaginaire, ou de sciences plus occultes telles que l'astrologie ou l'alchimie.

    Le poème étudié, « Vers dorés », incite l'homme à s'ouvrir vers le monde dans son ensemble et vers la nature, plutôt que de ne considérer que son propre point de vue et se croire tout-puissant.

    Texte étudié : Gérard de Nerval : Les chimères : \"Vers dores\"

    Eh quoi! Tout est sensible.
    PYTHAGORE
    Homme ! Libre penseur ! Te crois-tu seul pensant
    Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ?
    Des forces que tu tiens ta liberté dispose,
    Mais de tous tes conseils l'univers est absent.
    Respecte dans la bête un esprit agissant:
    Chaque fleur est une âme à la Nature éclose ;
    Un mystère d'amour dans le métal repose ;
    \"Tout est sensible !\" Et tout sur ton être est puissant.
    Crains, dans le mur aveugle, un regard qui t'épie :
    A la matière même un verbe est attaché...
    Ne la fais pas servir à quelque usage impie !
    Souvent dans l'être obscur habite un Dieu caché ;
    Et, comme un oeil naissant couvert par ses paupières,
    Un pur esprit s'accroît sous l'écorce des pierres !
    (Gérard de Nerval : Les chimères : \"Vers dores\")