Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Acte I, scène 3 de “L'illusion comique

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Pierre Corneille L'illusion comique
  • Résumé du commentaire composé

    Corneille, L’Illusion Comique – Acte I scène 3   Commentaire composé et analyse de la scène 1 de l'acte I du livre l'Illusion Comique de Corneille. Ce commentaire de texte a été rédigé par un professeur de français et comprend une explication des axes de la scène ainsi que des idées.   Introduction à l'analyse de l'acte I, scène 3 de L'illusion comique de Corneille :
    Clindor est un picaro, c’est un personnage du théâtre espagnol qui signifie un antihéros. Il a la place du personnage principal sauf que ses actions ne sont pas les plus recommandables. Cette tradition du picaro est spécifique au baroque, interdit durant le classicisme, car un héros doit être exemplaire. Dans cet extrait, Alcandre révèle à Pridamant les mésaventures de son fils Clindor devenu Picaro. Nous étudierons tout d’abord la présentation de Clindor à Pridamant, nous verrons ensuite en quoi Clindor est un picaro et enfin nous nous intéresserons à l’annonce implicite du métier de dramaturge.
    S

    • 3 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “L'illusion comique”

    Clindor est un picaro, c'est un personnage du théâtre espagnol qui signifie un antihéros. Il a la place du personnage principal sauf que ses actions ne sont pas les plus recommandables. Cette tradition du picaro est spécifique au baroque, interdit durant le classicisme, car un héros doit être exemplaire. Dans cet extrait, Alcandre révèle à Pridamant les mésaventures de son fils Clindor devenu Picaro. Nous étudierons tout d'abord la présentation de Clindor à Pridamant, nous verrons ensuite en quoi Clindor est un picaro et enfin nous nous intéresserons à l'annonce implicite du métier de dramaturge.

    Acte I, scène 1 de L'illusion Comique de Corneille :

    ALCANDRE.
    Votre fils tout d'un coup ne fut pas grand seigneur ;
    Toutes ses actions ne vous font pas honneur,
    Et je serais marri d'exposer sa misère
    En spectacle à des yeux autres que ceux d'un père.
    Il vous prit quelque argent, mais ce petit butin
    A peine lui dura du soir jusqu'au matin ;
    Et pour gagner Paris, il vendit par la plaine
    Des brevets à chasser la fièvre et la migraine,
    Dit la bonne aventure, et s'y rendit ainsi.
    Là, comme on vit d'esprit, il en vécut aussi.
    Dedans Saint-Innocent il se fit secrétaire ;
    Après, montant d'état, il fut clerc d'un notaire.
    Ennuyé de la plume, il la quitta soudain,
    Et fit danser un singe au faubourg Saint-Germain.
    Il se mit sur la rime, et l'essai de sa veine
    Enrichit les chanteurs de la Samaritaine.
    Son style prit après de plus beaux ornements ;
    Il se hasarda même à faire des romans,
    Des chansons pour Gautier, des pointes pour Guillaume.
    Depuis, il trafiqua de chapelets de baume,
    Vendit du mithridate en maître opérateur,
    Revint dans le Palais, et fut solliciteur.
    Enfin, jamais Buscon, Lazarille de Tormes,
    Sayavèdre, et Gusman, ne prirent tant de formes :
    C'était là pour Dorante un honnête entretien !

    PRIDAMANT.
    Que je vous suis tenu de ce qu'il n'en sait rien !

    ALCANDRE.
    Sans vous faire rien voir, je vous en fais un conte,
    Dont le peu de longueur épargne votre honte.
    Las de tant de métiers sans honneur et sans fruit,
    Quelque meilleur destin à Bordeaux l'a conduit ;
    Et là, comme il pensait au choix d'un exercice,
    Un brave du pays l'a pris à son service.
    Ce guerrier amoureux en a fait son agent :
    Cette commission l'a remeublé d'argent ;
    Il sait avec adresse, en portant les paroles,
    De la vaillante dupe attraper les pistoles ;
    Même de son agent il s'est fait son rival,
    Et la beauté qu'il sert ne lui veut point de mal.
    Lorsque de ses amours vous aurez vu l'histoire,
    Je vous le veux montrer plein d'éclat et de gloire,
    Et la même action qu'il pratique aujourd'hui.

    PRIDAMANT.
    Que déjà cet espoir soulage mon ennui !

    ALCANDRE.
    Il a caché son nom en battant la campagne,
    Et s'est fait de Clindor le sieur de la Montagne :
    C'est ainsi que tantôt vous l'entendrez nommer.
    Voyez tout sans rien dire et sans vous alarmer.
    Je tarde un peu beaucoup pour votre impatience ;
    N'en concevez pourtant aucune défiance :
    C'est qu'un charme ordinaire a trop peu de pouvoir
    Sur les spectres parlants qu'il faut vous faire voir.
    Entrons dedans ma grotte, afin que j'y prépare
    Quelques charmes nouveaux pour un effet si rare.