Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Incipit de “La vie devant soi

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Romain Gary La vie devant soi
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'incipit de La vie devant soi d'Emile Ajar (Romain Gary). Notre analyse de l'incipit de La vie devant soi d'Emile Ajar a été rédigée par un professeur de français.

    En 1975, Romain Gary (1914-1980) reçoit le prix Goncourt pour son célèbre ouvrage intitulé La Vie devant soi, publié la même année. Il s'agit d'une situation très spéciale, puisque l'écrivain avait déjà reçu e prix pour Les racines du ciel en 1956. La vie devant soi a été publiée sous le faux nom Emile Ajar, lui permettant de remporter deux fois le célèbre prix.

    L'extrait qui nous intéresse ici est l'incipit du roman, c'est-à-dire son début. Nous y découvrons l'univers de Momo, le jeune narrateur, qui nous présente sa courte vie chez Madame Rosa avec un regard et un ton bien à lui.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “La vie devant soi”

    (extrait étudié)

    « La première chose que je peux vous dire c'est qu'on habitait au sixième à pied et que pour Madame Rosa, avec tous ces kilos qu'elle portait sur elle et seulement deux jambes, c'était une vraie source de vie quotidienne, avec tous les soucis et les peines. Elle nous le rappelait chaque fois qu'elle ne se plaignait pas d'autre part, car elle était également juive. Sa santé n'était pas bonne non plus et je peux vous dire aussi dès le début que c'était une femme qui aurait mérité un ascenseur.

    Je devais avoir trois ans quand j'ai vu Madame Rosa pour la première fois. Avant, on n'a pas de mémoire et on vit dans l'ignorance. J'ai cessé d'ignorer à l'âge de trois ou quatre ans et parfois ça me manque.

    Il y avait beaucoup d'autres Juifs, Arabes et Noirs à Belleville, mais Madame Rosa était obligée de grimper les six étages seule. Elle disait qu'un jour elle allait mourir dans l'escalier, et tous les mômes se mettaient à pleurer parce que c'est ce qu'on fait toujours quand quelqu'un meurt. On était tantôt six ou sept tantôt même plus là-dedans. Au début, je ne savais pas que Madame Rosa s'occupait de moi seulement pour toucher un mandat à la fin du mois. Quand je l'ai appris, j'avais déjà six ou sept ans et ça m'a fait un coup de savoir que j'étais payé. Je croyais que Madame Rosa m'aimait pour rien et qu'on était quelqu'un l'un pour l'autre. J'en ai pleuré toute une nuit et c'était mon premier grand chagrin.

    Madame Rosa a bien vu que j'étais triste et elle m'a expliqué que la famille ça ne veut rien dire et qu'il y en a même qui partent en vacances en abandonnant leurs chiens attachés à des arbres et que chaque année il y a trois mille chiens qui meurent ainsi privés de l'affection des siens. Elle m'a pris sur ses genoux et elle m'a juré que j'étais ce qu'elle avait de plus cher au monde mais j'ai tout de suite pensé au mandat et je suis parti en pleurant. »
    Romain Gary, La vie devant soi