Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé La repentance de “Oeuvres complètes (Poèmes d'infortune)

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Rutebeuf Oeuvres complètes (Poèmes d'infortune)
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur le poème La repentance de Rutebeuf (Poèmes d'infortune). Notre analyse sur La repentance de Rutebeuf a été rédigée par un étudiant en Lettres.

    • 20 pages de commentaire composé
    • format .doc (Word)
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Oeuvres complètes (Poèmes d'infortune)”

    Il est aujourd'hui difficile de bien comprendre la signification de cette œuvre ainsi que le rôle qu'elle a joué dans la vie et la carrière de l'écrivain. Quand a-t-elle été écrite ? Quelle est sa réelle signification ? Est-ce un texte autobiographique ? Les tentatives de réponse à ces questions donnent lieu à de nombreuses controverses. Il est ainsi parfois difficile de trancher entre les différentes hypothèses et d'avancer des certitudes.

    Si ce texte est sans doute autobiographique, il faut cependant garder en mémoire que nous ne connaissons de Rutebeuf que ce qu'il dit de lui dans ses poèmes. Contrairement à Villon, par exemple, on ne retrouve aucune trace de Rutebeuf, ni dans les documents officiels de l'époque, ni dans les textes de ses contemporains. Il se peut que le « je » du poème ne corresponde pas au « je » du poète. La misère et l'infortune personnelle n'apparaissent cependant comme lieux communs dans la littérature médiévale qu'au moins un siècle plus tard. Rutebeuf est le premier écrivain de la littérature française à « pratiquer l'introspection » . De plus, la force lyrique de ce poème est telle qu'il ne serait pas incongru de penser que Rutebeuf est ici sincère et qu'il s'agit donc d'un poème autobiographique.