Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

André Gide

Voir les ouvrages

André Gide naît le 22 novembre 1869 à Paris. Il appartient à une famille protestante de la haute bourgeoisie. Son père est professeur de droit.

La jeunesse de l'écrivain est donc marquée par une éducation très puritaine, entre Paris et la Normandie. Gide est, de plus, un enfant à la santé fragile, et ses nerfs le conduisent souvent à des crises qui l'envoient en cure. Lorsqu'il atteint l'âge de 11 ans, son père décède brutalement. Au-delà de la douleur qu'il éprouve, le jeune André Gide connaît un autre changement dans sa vie : il sera désormais entouré par des femmes.

Sa jeunesse est ponctuée par ce qu'il appelle les « Schaudern », un verbe qui désigne le fait de trembler d'épouvante ; cela se reproduit lorsqu'à 13 ans, il est confronté à la profonde tristesse de Madeline, sa cousine. Gide éprouve une attirance certaine pour elle.

Très jeune, André Gide fréquente les cercles littéraires symbolistes. Puis dès 1893, il assume son homosexualité lors d'un voyage en Afrique du Nord. Par la suite il compose Paludes, un recueil symboliste important ; il est ensuite amené à épouser Madeleine (un mariage blanc), après la mort de sa mère, qui constitue un véritable soulagement pour l'écrivain. A la même période, André Gide compose les Nourritures Terrestres (1897), l'un de ses chefs d'œuvre. La critique le salue.

André Gide soutient ensuite les Dreyfusards, mais ne s'implique pas de manière militante. Il fréquente Paul Valéry et d'autres figures littéraires de l'époque. C'est donc tout naturellement qu'il crée La Nouvelle Revue française avec des amis. Déjà, Gide apparaît comme un chef de file et un écrivain important. Sa collaboration avec Gallimard aura d'ailleurs un impact tout au long du siècle.

La NRF défend une certaine vision de la littérature, plutôt rigoriste et classique.

Dans les années avant la guerre, Paul Claudel essaie de convertir l'écrivain au christianisme, mais Gide s'y refuse et coupe les ponts avec son ami.
Toutefois, la guerre déclenchera en lui une véritable crise religieuse intérieure.

Les années suivantes voient les publications se multiplier : L'Immoraliste (1902), La Porte Etroite (1909), Les Caves du Vatican, La Symphonie Pastorale (1919), Les Faux-monnayeurs... son œuvre porte sur le couple, la morale, la religion, les sentiments humains... Mais peu à peu, plusieurs de ses textes trahissent son éloignement de Madeleine et ses attirances homosexuelles qui le bousculent. A cet égard, l'autobiographie Si le grain ne meurt vient raconter, en 1926, son enfance bourgeoise, la question de sa sexualité, Madeleine... En parallèle, Gide vit plusieurs liaisons, avec des femmes et des hommes.

Les voyages marquent un tournant dans son approche en 1925 et 1926, car Gide est choqué par le colonialisme (Voyage au Congo, 1927). Dans les années 30, Gide s'intéresse au communisme, mais il est ensuite désillusionné après avoir constaté les dérives qui ont lieu en URSS. Les écrivains du Parti s'acharnent contre lui, mais il continue de dénoncer le totalitarisme puis le fascisme.

En 1938, la femme de Gide décède. L'écrivain ressent le besoin de faire un point sur son existence, et il commence à écrire son Journal.

En 1940, il se met un peu de côté et part vers l'Afrique.

En 1947, on lui attribue un Prix Nobel de Littérature. Puis il adapte une œuvre de Kafka au théâtre (le Procès). Dans l'ensemble, André Gide n'écrit quasiment plus après 1947.

André Gide décède le 19 février 1951. Son œuvre est mise à l'Index par le Vatican en 1952. Une anecdote est restée célèbre après sa mort. Julien Green rapporte, dans son Journal du 28 février 1951, la chose suivante : \"On a beaucoup ri d'un télégramme que Mauriac a reçu peu de jours après la mort de Gide et ainsi rédigé : \" Il n'y a pas d'enfer. Tu peux te dissiper. Préviens Claudel. Signé André Gide\".

Parmi les œuvres les plus marquantes de l'écrivain, on peut citer :

- Le Traité du Narcisse, L'Art indépendant, 1891.
- Les Nourritures terrestres, Mercure de France, 1897.
- L'Immoraliste, Mercure de France, 1902.
- La Porte étroite, Mercure de France, 1909.
- La Symphonie pastorale, NRF, 1919.
- Corydon, NRF, 1924.
- Les Faux-monnayeurs, NRF, 1925.
- Si le grain ne meurt, NRF, 1926.
- Voyage au Congo, NRF, 1927.
- Retour de l'U.R.S.S., Gallimard, 1936.
- Les Caves du Vatican (farce), Ides et Calendes, 1948.

(c) Fichesdelecture.com - Tous droits réservés