Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Enfance I de “Illuminations

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Arthur Rimbaud Illuminations
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur le poème \"Enfance I\" de Rimbaud (recueil \"Illuminations\"). Cette analyse sur \"Enfance I\" de Rimbaud a été rédigée par un professeur de français.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Illuminations”

    Le poème « Enfance » se présente comme une série de versets présentant chacun une enluminure comme dans un livre de légendes illustrées dont on tournerait les pages sans consulter le texte c'est-à-dire sans avoir une explication logique de la présence des images. On remarquera au niveau de la forme du texte qu'il s'agit de prose poétique, sans vers ni rimes. On notera cependant qu'il subsiste certaines sonorités et rythmes.

    A travers ce poème en prose, Rimbaud présente des images évoquant le monde féérique et insolite de l'enfance tout en rompant avec les règles de la poésie traditionnelle.

    Texte étudié : Rimbaud, illuminations, Enfance

    Cette idole, yeux noirs et crin jaune, sans parents ni cour, plus noble que la fable, mexicaine et flamande ; son domaine, azur et verdure insolents, court sur des plages nommées, par des vagues sans vaisseaux, de noms férocement grecs, slaves, celtiques.

    À la lisière de la forêt, les fleurs de rêve tintent, éclatent, éclairent, la fille à lèvre d'orange, les genoux croisés dans le clair déluge qui sourd des prés, nudité qu'ombrent, traversent et habillent les arcs-en-ciel, la flore, la mer.

    Dames qui tournoient sur les terrasses voisines de la mer ; enfantes et géantes, superbes noires dans la mousse vert-de-gris, bijoux debout sur le sol gras des bosquets et des jardinets dégelés, jeunes mères et grandes soeurs aux regards pleins de pèlerinages - sultanes, princesses de démarche et de costume tyranniques petites étrangères et personnes doucement malheureuses.

    Quel ennui, l'heure du \"cher corps\" et \"cher coeur\".
    (Rimbaud, illuminations, Enfance)