Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Roman de “Poésies

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Arthur Rimbaud Poésies
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur Roman de Rimbaud (recueil Poésies). Notre analyse sur Roman de Rimbaud a été rédigée par un professeur de français.

    • 6 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Poésies”

    En 1870, Rimbaud a 16 ans et n'est encore qu'un jeune adolescent fugueur. Le texte que nous allons étudier s'intitule Roman et fut écrit en 1870.
    Dans \"Roman\", Rimbaud évoque dans ce poème l'univers d'un adolescent en révolte contre la société. Il dénonce les injustices, la fausse dévotion, la cruauté de la guerre. Mais il exprime aussi l'intensité des premières impressions amoureuses et l'émoi d'un premier rendez-vous.

    Afin de répondre à la problématique « quelle est la place de ce poème dans l'itinéraire de Rimbaud ? », nous verrons dans un premier temps l'originalité de la forme, puis l'univers adolescent et enfin, un témoignage amusé.

    Texte étudié : Rimbaud : Poésies : Roman

    I
    On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans.
    - Un beau soir, foin des bocks et de la limonade,
    Des cafés tapageurs aux lustres éclatants !
    - On va sous les tilleuls verts de la promenade.

    Les tilleuls sentent bon dans les bons soirs de juin !
    L'air est parfois si doux, qu'on ferme la paupière ;
    Le vent chargé de bruits - la ville n'est pas loin -
    A des parfums de vigne et des parfums de bière...

    II
    - Voilà qu'on aperçoit un tout petit chiffon
    D'azur sombre, encadré d'une petite branche,
    Piqué d'une mauvaise étoile, qui se fond
    Avec de doux frissons, petite et toute blanche...

    Nuit de juin ! Dix-sept ans ! - On se laisse griser.
    La sève est du champagne et vous monte à la tête...
    On divague ; on se sent aux lèvres un baiser
    Qui palpite là, comme une petite bête...

    III
    Le coeur fou Robinsonne à travers les romans,
    Lorsque, dans la clarté d'un pâle réverbère,
    Passe une demoiselle aux petits airs charmants,
    Sous l'ombre du faux col effrayant de son père...

    Et, comme elle vous trouve immensément naïf,
    Tout en faisant trotter ses petites bottines,
    Elle se tourne, alerte et d'un mouvement vif...
    - Sur vos lèvres alors meurent les cavatines...

    IV
    Vous êtes amoureux. Loué jusqu'au mois d'août.
    Vous êtes amoureux. - Vos sonnets La font rire.
    Tous vos amis s'en vont, vous êtes mauvais goût.
    - Puis l'adorée, un soir, a daigné vous écrire... !

    - Ce soir-là,... - vous rentrez aux cafés éclatants,
    Vous demandez des bocks ou de la limonade...
    - On n'est pas sérieux, quand on a dix-sept ans
    Et qu'on a des tilleuls verts sur la promenade.