Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Opéra de “Oeuvres poétiques complètes (J. Cocteau)

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Jean Cocteau Oeuvres poétiques complètes (J. Cocteau)
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur « Opéra » de Cocteau. Notre analyse sur Opéra de Jean Cocteau a été rédigée par un professeur de français.

    • 4 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Oeuvres poétiques complètes (J. Cocteau)”

    Jean Cocteau (1889-1963) fut à la fois dessinateur, décorateur, dramaturge, cinéaste et poète. Son œuvre témoigne de l'intérêt que porte la poésie contemporaine à tout ce qui échappe à la rationalité. Le poème \"Opéra\" représente une sorte d'autoportrait, dans lequel Jean Cocteau définit aussi ce que représente pour lui la poésie.

    Lecture : Opéra de Jean Cocteau

    Accidents du mystère et fautes de calculs
    Célestes, j'ai profité d'eux, je l'avoue.
    Toute ma poésie est là : Je décalque
    L'invisible (invisible à vous).
    J'ai dit : « Inutile de crier, haut les mains !
    Au crime déguisé en costume inhumain ;
    J'ai donné le contour à des charmes informes ;
    Des ruses de la mort la trahison m'informe ;
    J'ai fait voir en versant mon encre bleue en eux,
    Des fantômes soudain devenus arbres bleus.
    Dire que l'entreprise est simple ou sans danger
    Serait fou. Déranger les anges !
    Découvrir le hasard apprenant à tricher
    Et des statues en train d'essayer de marcher.
    Sur le belvédère des villes que l'on voit
    Vides, et d'où l'on ne distingue plus que les voix
    Des coqs, les écoles, les trompes d'automobile,
    (Ces bruits étant les seuls qui montent d'une ville)
    J'ai entendu descendre les faubourgs du ciel,
    Etonnantes rumeurs, cris d'une autre Marseille.
    (Jean Cocteau, Opéra (1925-1927))