Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Chapitre 1, Livre III (Apparition de Combourg) de “Mémoires d'Outre-Tombe

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
François-René de Chateaubriand Mémoires d'Outre-Tombe
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'apparition de Combourg de Chateaubriand (Mémoires d'Outre-Tombe). Cette analyse de l'apparition de Combourg dans Mémoires d'Outre-Tombe de Chateaubriand a été rédigée par un professeur de français.

    • 5 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Mémoires d'Outre-Tombe”

    Mémoires d'Outre tombe a été rédigé dans les 40 dernières années de la vie de Chateaubriand. Dans cet extrait, Chateaubriand raconte comment une sensation provoque un souvenir.

    Texte étudié : Livre 3 - Chapitre 1: Montboissier, juillet 1817 : Promenade. - Apparition de Combourg.

    Depuis la dernière date de ces Mémoires, Vallée-aux-Loups, janvier 1814, jusqu'à la date d'aujourd'hui,
    Montboissier, juillet 1817, trois ans et six mois se sont passés. Avez-vous entendu tomber l'empire ? Non :
    rien n'a troublé le repos de ces lieux. L'empire s'est abîmé pourtant ; l'immense ruine s'est écroulée dans ma
    vie, comme ces débris romains renversés dans le cours d'un ruisseau ignoré.

    Mais à qui ne les compte pas peu importent les événements : quelques années échappées des mains de
    l'Eternel feront justice de tous ces bruits par un silence sans fin.

    Le livre précédent fut écrit sous la tyrannie expirante de Bonaparte et à la lueur des derniers éclairs de sa
    gloire : je commence le livre actuel sous le règne de Louis XVIII. J'ai vu de près les rois, et mes illusions
    politiques se sont évanouies, comme ces chimères plus douces dont je continue le récit. Disons d'abord ce qui
    me fait reprendre la plume : le coeur humain est le jouet de tout, et l'on ne saurait prévoir quelle circonstance
    frivole cause ses joies et ses douleurs. Montaigne l'a remarqué : \" Il ne faut point de cause, dit-il, pour agiter
    notre âme : une resverie sans cause et sans subject la régente et l'agite. \"

    Je suis maintenant à Montboissier, sur les confins de la Beauce et du Perche. Le château de cette terre,
    appartenant à madame la comtesse de Colbert-Montboissier, a été vendu et démoli pendant la Révolution ; il
    ne reste que deux pavillons, séparés par une grille et formant autrefois le logement du concierge. Le parc,
    maintenant à l'anglaise, conserve des traces de son ancienne régularité française : des allées droites, des
    taillis encadrés dans des charmilles, lui donnent un air sérieux ; il plaît comme une ruine.

    Hier au soir je me promenais seul ; le ciel ressemblait à un ciel d'automne ; un vent froid soufflait par
    intervalles. A la percée d'un fourré, je m'arrêtai pour regarder le soleil : il s'enfonçait dans des nuages
    au-dessus de la tour d'Alluye, d'où Gabrielle, habitante de cette tour, avait vu comme moi le soleil se coucher
    il y a deux cents ans. Que sont devenus Henri et Gabrielle ? Ce que je serai devenu quand ces
    Mémoires seront publiés.

    Je fus tiré de mes réflexions par le gazouillement d'une grive perchée sur la plus haute branche d'un
    bouleau. A l'instant, ce son magique fit reparaître à mes yeux le domaine paternel. J'oubliai les catastrophes
    dont je venais d'être le témoin, et, transporté subitement dans le passé, je revis ces campagnes où j'entendis si
    souvent siffler la grive. Quand je l'écoutais alors, j'étais triste de même qu'aujourd'hui. Mais cette première
    tristesse était celle qui naît d'un désir vague de bonheur, lorsqu'on est sans expérience ; la tristesse que
    j'éprouve actuellement vient de la connaissance des choses appréciées et jugées. Le chant de l'oiseau dans les
    bois de Combourg m'entretenait d'une félicité que je croyais atteindre ; le même chant dans le parc de
    Montboissier me rappelait des jours perdus à la poursuite de cette félicité insaisissable. Je n'ai plus rien à
    apprendre, j'ai marché plus vite qu'un autre, et j'ai fait le tour de la vie. Les heures fuient et m'entraînent ; je n'ai pas même la certitude de pouvoir achever ces Mémoires. Dans combien de lieux ai-je déjà commencé à
    les écrire, et dans quel lieu les finirai-je ? Combien de temps me promènerai-je au bord des bois ? Mettons
    à profit le peu d'instants qui me restent ; hâtons-nous de peindre ma jeunesse, tandis que j'y touche encore :
    le navigateur, abandonnant pour jamais un rivage enchanté, écrit son journal à la vue de la terre qui s'éloigne et qui va bientôt disparaître.