Offrez-vous une analyse en moins de 2 minutes.

2500 résumés et analyses de livre rédigés par des pros.    Découvrez nos abonnements

Commentaire composé Acte IV, scène 11 de “Lorenzaccio

Encore 5 téléchargements disponibles ce mois-ci Télécharger l'analyse (.doc)
Alfred de Musset Lorenzaccio
  • Résumé du commentaire composé

    Commentaire composé sur l'acte IV, scène 11 de Lorenzaccio de Musset. Cette analyse de l'acte IV, scène 11 de Lorenzaccio de Musset a été rédigée par un professeur de français.

    • 4 pages de commentaire composé
    • format .pdf
    • style abordable & grand public
  • Télécharger le commentaire maintenant!

  • Extrait du résumé

    Extrait du commentaire composé du livre
    “Lorenzaccio”

    Depuis le début de la pièce, Lorenzo prépare et organise le meurtre. Nous nous trouvons ici dans l'extrait où l'on nous raconte en direct le meurtre...

    Texte étudié : Acte IV, scène 11 de Lorenzaccio de Musset

    LE DUC, seul.
    Faire la cour à une femme qui vous répond oui lorsqu'on lui demande oui ou non, cela m'a toujours paru très sot, et tout à fait digne d'un Français. Aujourd'hui surtout que j'ai soupé comme trois moines, je serais incapable de dire seulement : \"Mon coeur\", ou \"Mes chères entrailles,\" à l'infante d'Espagne. Je veux faire semblant de dormir; ce sera peut-être cavalier, mais ce sera commode.
    Il se couche. - Lorenzo rentre l'épée à la main.
    LORENZO
    Dormez-vous, seigneur ?
    Il le frappe.
    LE DUC
    C'est toi, Renzo ?
    LORENZO
    Seigneur, n'en doutez pas.
    Il le frappe de nouveau. - Entre Scoronconcolo.
    SCORONCONCOLO
    Est-ce fait ?
    LORENZO
    Regarde, il m'a mordu au doigt. Je garderai jusqu'à la mort cette bague sanglante, inestimable diamant.
    SCORONCONCOLO
    Ah ! mon Dieu ! c'est le duc de Florence !
    LORENZO, s'asseyant sur la fenêtre.
    Que la nuit est belle ! que l'air du ciel est pur ! Respire, respire, coeur navré de joie !
    SCORONCONCOLO
    Viens, maître, nous en avons trop fait ; sauvons-nous.
    LORENZO
    Que le vent du soir est doux et embaumé ! Comme les fleurs des prairies s'entrouvrent ! O nature magnifique ! ô éternel repos !
    SCORONCONCOLO
    Le vent va glacer sur votre visage la sueur qui en découle. Venez, seigneur.
    LORENZO
    Ah ! Dieu de bonté ! quel moment !
    SCORONCONCOLO, à part.
    Son âme se dilate singulièrement. Quant à moi, je prendrai les devants.
    Il veut sortir.
    LORENZO
    Attends, tire ces rideaux. Maintenant, donne-moi la clef de cette chambre.
    SCORONCONCOLO
    Pourvu que les voisins n'aient rien entendu !
    LORENZO
    Ne te souviens-tu pas qu'ils sont habitués à notre tapage ? Viens, partons.
    Ils sortent.